NOUVELLES
15/12/2013 09:11 EST | Actualisé 14/02/2014 05:12 EST

Exécution du numéro 2 nord-coréen: un "signe de mauvais augure", selon John Kerry

L'exécution de l'oncle du dirigeant nord-coréen jeudi est un signe de l'instabilité du régime de Kim Jong-Un et rend encore plus nécessaire la dénucléarisation de la péninsule coréenne, a estimé dimanche le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

"C'est la nature de cette dictature impitoyable et horrible, et de son manque de confiance en soi", a déclaré John Kerry lors d'un entretien diffusé sur la chaîne américaine ABC. "C'est un signe de mauvais augure, de l'instabilité et du danger qui existent".

Jang Song-Thaek, 67 ans, a été arrêté soudainement la semaine dernière et jugé, puis exécuté par un tribunal militaire spécial. Il était considéré comme le numéro deux du régime et le mentor de son neveu depuis que ce dernier a succédé à son père Kim Jong-Il à la tête du pays, fin 2011.

"Ce n'est pas la première exécution. Nous sommes au courant d'un nombre important d'exécutions ces derniers mois", a expliqué John Kerry.

"Cela m'a vraiment rappelé une vidéo où on voit Saddam Hussein faire la même chose, faire arrêter quelqu'un devant tout le monde, et tout le monde regarde sans un mot, en sueur, sans oser bouger", a-t-il dit.

La purge souligne, pour le diplomate, l'urgence d'une dénucléarisation de la péninsule coréenne et d'une relance des pourparlers à Six (négociations entre les deux Corées, la Chine, la Russie, les Etats-Unis et le Japon) pour convaincre Pyongyang de renoncer à son programme nucléaire en échange d'une aide, notamment énergétique.

"Il devient encore plus inacceptable que quelqu'un comme Kim Jong-Un ait potentiellement l'arme nucléaire", a ajouté John Kerry.

Tout en reconnaissant que la Corée restait "relativement opaque", John Kerry a indiqué que les Etats-Unis considéraient Kim Jong-Un comme un dirigeant "impulsif, imprévisible, inquiet de sa place dans la structure du pouvoir et en train de manoeuvrer pour éliminer tout concurrent ou adversaire potentiel".

Les événements de jeudi, selon John Kerry, doivent inciter "la Chine, la Russie, le Japon, la Corée du Sud, nous tous à rester unis et à ne pas ménager nos efforts dans le but de la dénucléarisation".

jkb/ico/bdx