NOUVELLES
14/12/2013 12:58 EST | Actualisé 13/02/2014 05:12 EST

Toronto: quatre policiers sur neuf ont fait feu sur un passager suspect du métro

TORONTO - Quatre policiers auraient ouvert le feu et fait un blessé dans une station de métro de Toronto, un incident qui, selon des témoins, a semé la panique parmi les passagers, a rapporté samedi l'Unité des enquêtes spéciales (UES) de l'Ontario.

La fusillade est survenue vers 20 h vendredi à la station Queen près du centre commercial Eaton. Un jeune homme de 18 ans a été transporté à l'hôpital.

Le témoin Kevin Chan a décrit à des journalistes le chaos et l'effroi qui régnaient dans la voiture du train au moment de l'incident.

«Les gens paniquaient, criaient, pleuraient et on a entendu des gens dire 'débarquez'», a-t-il rapporté.

Selon Carm Piro, de l'unité d'enquête, quatre des neuf agents ont utilisé leur arme.

«L'homme a quelques blessures par balles. Nous n'avons pas été capables de déterminer quel agent a causé ces blessures», a-t-il dit.

Vendredi soir, l'UES a communiqué que l'état de l'homme était stable, mais n'a pas mis cette information à jour samedi. Sa famille refuse que son identité soit révélée.

M. Piro a rapporté que les policiers répondaient à des appels provenant de l'intérieur de la station à propos d'une «personne suspecte» à bord d'un métro. L'homme était armé, mais M. Piro n'a pas précisé l'arme.

Des passagers terrifiés ont pris la fuite vendredi soir pour s'échapper de la station de métro du centre-ville de Toronto où la police avait ouvert le feu, ont raconté des témoins, samedi.

L'Unité des enquêtes spéciales de l'Ontario a expliqué que des agents enquêtaient sur un passager d'une voiture du métro lorsqu'il s'est produit une «interaction» au cours de laquelle l'homme a été atteint par balles.

Les quatre policiers n'ont pas encore été interviewés, mais trois des cinq qui n'ont pas utilisé leur arme l'ont été. Plus d'une dizaine de témoins oculaires à la station ont raconté aux enquêteurs leur version des faits. M. Piro affirme que l'unité espère que d'autres témoins leur fourniront des vidéos.

D'autres témoins ont affirmé que plusieurs coups de feu avaient été tirés après que la police eut ordonné à l'homme de laisser tomber son arme. Ces témoignages n'ont toutefois pas été confirmés par l'UES, étant donné l'enquête en cours.

Le service, toujours interrompu samedi matin sur la ligne de métro longeant la rue Yonge, dans le coeur de Toronto, a été rétabli samedi en début d'après-midi.

Il s'agit du deuxième événement impliquant de coups de feu de la police dans le système de transport public. À la fin juillet, le jeune Sammy Yatim a été tué par la police dans un tramway vide de passagers, faisant éclater un vif débat sur l'utilisation de la force par la police.

De plus, un coroner enquête sur les causes de la mort de trois résidents de Toronto abattus par la police, à des moments différents au cours des trois dernières années.

L'UES est l'escouade spéciale qui intervient lorsqu'un événement impliquant la police fait des blessures ou des victimes.