NOUVELLES
14/12/2013 12:52 EST | Actualisé 13/02/2014 05:12 EST

Mondial-2013 dames - Les favoris doivent faire preuve de prudence

Plusieurs des candidats déclarés au podium verront leur route s'arrêter à l'issue des huitièmes de finale du Mondial dames de handball, dimanche et lundi en Serbie, le classement à l'issue de la phase de poules ayant débouché sur d'intéressantes confrontations.

Aucune surprise n'a agrémenté la première phase de ce Mondial, comme cela avait été le cas il y a deux ans au Brésil, quand l'Allemagne avait été éliminée d'entrée.

Tous les champions continentaux (Brésil, Angola, Corée du Sud, Monténégro) sont passés sans le moindre souci, ainsi évidemment que la Norvège, tenante du titre, ou la France, finaliste en 2009 et 2011.

L'Europe, qui domine le handball féminin depuis toujours et de manière même insolente, a placé comme prévu ses 12 représentants au deuxième tour. Et tous les demi-finalistes du Mondial-2011, des JO-2012 et de l'Euro-2012 sont encore dans le tableau.

Mais l'écrémage ne va plus attendre, car au moins cinq des huitièmes de finale s'annoncent particulièrement indécis. Seules la France, face au Japon, l'Allemagne contre l'Angola, et la Norvège, devant la République tchèque, disposent a priori d'une petite marge.

Partout ailleurs, la lutte promet d'être acharnée. Par exemple entre l'Espagne, médaillée de bronze au Mondial-2011 et aux JO-2012, et la Hongrie, troisième de l'Euro-2012.

Les Pays-Bas peuvent perturber le Brésil

Les Hongroises comptent avec Anita Görbicz sur l'un des plus beaux talents individuels du handball féminin mondial. La demi-centre est la deuxième meilleure buteuse de la compétition (37 buts), derrière l'Allemande Susann Müller (45).

Mais l'Espagne, qui paraît avoir relégué derrière elle le souvenir de sa décevante 11e place au dernier Euro, dispose d'un effectif sans doute plus riche et plus complet.

Le Monténégro, vice-champion olympique et champion d'Europe en titre, sera aussi très prudent face aux Danoises, même si celles-ci ne sont plus la puissance qu'elles étaient dans la décennie 1990.

Secouées par leur défaite face à la France (16-17), les Monténégrines sont apparues moins sereines lors de leur dernier match de poule face aux Pays-Bas (27-25) et ne sont pas à l'abri d'une mésaventure.

Les Pays-Bas, qui malgré leur quatrième place en poules, ont laissé un excellente impression, ont d'ailleurs probablement les moyens de perturber le Brésil, seule équipe non-européenne à avoir remporté tous ses matches jusque-là.

Le duel entre la Serbie, 4e du dernier Euro qu'elle organisait déjà, et la Corée du Sud, 4e des JO-2012, sera un autre temps fort de ces huitièmes de finale, et il est bien difficile de dégager un favori.

cyb/bvo