NOUVELLES
14/12/2013 09:14 EST | Actualisé 13/02/2014 05:12 EST

Manifestation à Chypre contre l'austérité liée au plan de sauvetage européen

Des centaines de Chypriotes ont manifesté samedi contre les sévères mesures d'austérité imposées dans le cadre d'un plan de sauvetage international décidé en mars avec les pays de l'eurozone pour sauver Chypre de la faillite.

Les manifestants, principalement des membres de syndicats de gauche ou des étudiants, se sont rassemblés devant le ministère des Finances et ont défilé jusqu'au palais présidentiel en brandissant des banderoles proclamant "Non à l'austérité", "Oui à notre droit de travailler".

Le chômage a en effet bondi à 17% et pourrait grimper encore jusqu'à 20% l'an prochain, selon certaines prévisions.

Dans le cadre des mesures de rigueur budgétaire imposées par la troïka des bailleurs de fonds (Banque centrale européenne, Commission européenne et Fonds monétaire international), les salaires du secteur public ont baissé, et les salaires du privé ont suivi, tandis que les taxes et les impôts augmentaient.

Plus de 40.000 Chypriotes dépendent à présent de l'aide alimentaire dans ce pays de 840.000 habitants.

Au bord de la faillite en raison de l'exposition de ses banques à la dette grecque, Chypre a obtenu en mars un prêt de 10 milliards d'euros de la troïka.

En contrepartie, le pays a dû liquider l'une de ses principales banques et restructurer la première --faisant perdre aux déposants entre 47,5 et 100% de leurs avoirs au-delà de 100.000 euros--, parallèlement à des coupes budgétaires drastiques et à un programme d'importantes privatisations.

Selon une étude publiée jeudi par le cabinet d'audit Ernst and Young, l'économie chypriote devrait se contracter de 20% d'ici 2017 avant de commencer à se reprendre. Cette prévision est beaucoup plus sombre que celle de la troïka.

Dans ce contexte économique morose, le président chypriote Nicos Anastasiades a annoncé mercredi un plan de 340 millions d'euros pour lutter contre le chômage, en aidant notamment les petites et moyennes entreprises.

cc/srm/hj/fcc