NOUVELLES
14/12/2013 10:45 EST | Actualisé 13/02/2014 05:12 EST

Le sursaut des champions

Les Ravens de Baltimore ont connu un passage à vide au milieu de la saison, mais ils se sont replacés au plus fort de la course aux séries avec trois victoires de suite.

 Un texte d'Olivier Paradis-Lemieux et de Félix St-Aubin

Deux rencontres retiennent particulièrement l'attention cette semaine.

Ravens de Baltimore (7-6) @ Lions de Détroit (7-6)

À 7-6, les gagnants du dernier Super Bowl s'accrochent présentement au dernier laissez-passer pour les éliminatoires.

Derrière eux, les Dolphins de Miami (7-6), les Chargers de San Diego (7-7) et les Jets de New York (6-7) reluquent ce dernier billet. L'autre laissez-passer est destiné aux Chiefs de Kansas City (10-3) qui n'ont besoin que d'une victoire à leurs trois derniers matchs pour s'assurer d'une place en séries.

Même si la défense des Ravens a changé de visage avec le départ de huit partants, dont Ray Lewis et Ed Reed, c'est plutôt l'attaque des champions qui souffre cette saison.

L'attaque au sol est désastreuse. Ray Rice est en voie de connaître sa première saison de moins de 1000 verges depuis son année recrue. Le demi étoile n'a gagné que 549 verges en 12 matchs et sa moyenne par portée s'établit à un famélique 3,0. Son compagnon dans le champ-arrière Bernard Pierce montre des statistiques encore plus mauvaises, 356 verges en 130 courses (moyenne de 2,7 verges par portée).

De plus, les 120 millions de dollars pour 6 ans qu'a accordés la direction de l'équipe à Joe Flacco se sont rapidement transformés en 120 millions de problèmes.

Le quart des Ravens a réussi jusqu'ici 18 passes de touché contre 17 interceptions. Sa cote d'efficacité de 77,0 le place dans le dernier tiers des partants de la NFL, avec les Christian Ponder (77,9), Matt Schaub (77,7), EJ Manuel (75,4), Chad Henne (74,9)… Des statistiques bien insuffisantes pour le troisième quart le mieux payé du circuit.

Avec le départ d'Anquan Boldin (921 verges, 4 touchés en 2012) pour San Francisco, Torrey Smith est devenu le receveur de passes numéro un de l'équipe.

Smith a bien endossé ce nouveau rôle avec 963 verges et 4 touchés jusqu'à maintenant, mais les Ravens sont toujours en quête d'une deuxième cible de qualité pour Flacco. Outre Smith, aucun receveur n'a gagné plus de 450 verges cette saison.

La défense, elle, se maintient dans les dix meilleures de la ligue.

Les Ravens sont maintenant bien positionnés afin de se faufiler pour une sixième année d'affilée en éliminatoires, mais leurs trois derniers matchs de la saison seront plus qu'ardus. Lundi, ils feront face aux Lions (7-6), puis ils recevront les Patriots de la Nouvelle-Angleterre (10-3) et termineront l'année à Cincinnati, contre les Bengals (9-4).

Pour la traditionnelle rencontre du lundi soir, les Lions pourraient retrouver les services du couteau suisse Reggie Bush (854 verges au sol, 448 en réception de passes et 5 touchés au total). L'ancien des Trojans de l'Université de la Californie du Sud (USC) a raté la dernière rencontre à la suite d'une blessure à la cuisse.

L'attaque des Lions repose d'abord et avant tout sur la relation entre le quart Matthew Stafford et le receveur éloigné Calvin Johnson. Une grande performance du duo permettrait à Détroit de conserver le contrôle de la Division nord de la Nationale.

Packers de Green Bay (6-6-1) @ Cowboys de Dallas (7-6)

Les supporteurs des Packers de Green Bay (6-6-1) devront encore une fois patienter. Le quart-arrière émérite Aaron Rodgers n'effectuera pas un retour au jeu dimanche lorsque les représentants de l'État du Wisconsin se rendront au Texas afin d'y affronter les Cowboys de Dallas (7-6).

Si l'on inclut le duel du 4 novembre dernier contre les Bears de Chicago (Rodgers n'avait tenté que deux passes avant d'être retiré de la rencontre), les Packers affichent un rendement d'une victoire, quatre défaites et une nulle à leurs six dernières confrontations.

Ils se retrouvent présentement à un demi-match des Bears (7-6) ainsi que du sommet de la Division nord détenu par les Lions de Détroit (7-6).

Afin de poursuivre leur saison au mois de janvier, les hommes de Mike McCarthy devront vraisemblablement venir à bout des Cowboys, des Steelers de Pittsburgh (5-8) et des Bears et espérer que les Lions trébuchent au moins une fois.

La tâche est ardue, peut-être même trop, pour une équipe qui devra compter sur le grand voyageur Matt Flynn comme meneur à l'attaque. Qui plus est, les trois formations auxquelles ils feront face ont toujours des chances mathématiques de prendre part à la danse hivernale.

Du côté des Cowboys, le mois de décembre est le moment de l'année qu'ils redoutent le plus. Et pour cause, lorsque Tony Romo est derrière le centre, ils présentent un rendement de 11 gains contre 17 revers.

Malgré ce que bien des gens croient, ce n'est pas Romo qui est la cause principale des déboires des Cowboys lors du dernier droit de la saison. Depuis 2009, le quart âgé de 33 ans a pris part à 14 rencontres. Au cours de cette séquence, il a complété 313 passes en 474 tentatives (66 %), bon pour 3758 verges, 30 majeurs et, seulement, 5 interceptions.

Certes, Romo n'a pas toujours été en mesure de lancer LA passe de touché décisive en fin de match, mais ces statistiques prouvent qu'il a su élever son jeu en décembre.

Avec des duels contre les Packers, les Redskins de Washington (3-10) et les Eagles de Philadelphie (8-5), les dirigeants des Cowboys devraient donc plutôt s'inquiéter de la tenue de la défense texane.

Celle-ci se retrouve au 32e et dernier échelon de la NFL pour les verges accordées par rencontre (426,8). Dallas donne aussi une moyenne de 26,8 points par match, ce qui leur confère le 26e rang du circuit Goodell.

C'est assez simple, si la défense peut limiter les dégâts contre les quarts substituts Matt Flynn et Kirk Cousins, les protégés de Jason Garrett auront l'occasion de ravir le sommet de la Division est aux Eagles, à la 17e et dernière semaine d'activité de l'année.