NOUVELLES
14/12/2013 11:03 EST | Actualisé 13/02/2014 05:12 EST

Japon : 20,5 G$ pour contrer l'influence chinoise

Le Japon a lancé une vaste opération charme en Asie du Sud-Est pour contrer l'influence de la Chine.

Le premier ministre japonais a promis l'équivalent de 20,5 milliards de dollars d'aide sur cinq ans, sous forme de dons et de prêts, à 10 pays de la région.

Shinzo Abe a fait cette annonce lors d'un sommet qui a réuni le Japon et les pays de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) à Tokyo.

Le Japon voulait également profiter de ce sommet pour tenter de liguer plusieurs de ses voisins contre la Chine. Quatre membres de l'ANASE (Malaisie, Vietnam, Philippines et Brunei) ont des disputes territoriales avec Pékin en mer de Chine méridionale.

Ce genre de différend est au cœur des fortes tensions entre Tokyo et Pékin, qui se disputent un archipel inhabité contrôlé par le Japon, mais revendiqué par la Chine. La tension a augmenté d'un cran, fin novembre, lorsque la Chine a décrété une zone d'identification aérienne qui comprend l'archipel. Le Japon, les États-Unis et la Corée du Sud ont contesté cette déclaration unilatérale.

Dans la déclaration commune, publiée à l'issue de la rencontre, le Japon et ses voisins asiatiques ont plaidé pour la libre circulation sur la mer et dans les airs. La déclaration prône également pour une solution pacifique à toutes les disputes.

Les diplomates japonais ont donc réussi à y faire mentionner la liberté de mouvement, malgré les craintes de certains pays de froisser la Chine.

Hier, le président indonésien a illustré la volonté d'équilibre entre les deux puissances asiatiques, avant une rencontre avec le premier ministre japonais.

« De bonnes relations entre la Chine et le Japon sont cruciales pour l'avenir de notre région », a déclaré Susilo Bambang Yudhoyono.

De son côté, Shinzo Abe multiplie les efforts pour courtiser ses voisins, depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2012. Le premier ministre japonais a visité tous les pays de l'ANASE au cours de sa première année de mandat.