NOUVELLES
14/12/2013 04:03 EST | Actualisé 13/02/2014 05:12 EST

Espagne - 16e journée: Neymar revigore le Barça, le Real freiné

Un doublé de Neymar, auteur de cinq buts cette semaine, a permis au FC Barcelone d'écarter Villarreal (2-1) et de rétablir son emprise sur le Championnat d'Espagne, reléguant à cinq points le Real Madrid, tenu en échec par Osasuna (2-2) pour la 16e journée.

Après son triplé mercredi contre le Celtic Glasgow en Ligue des champions (6-1), le Brésilien a inscrit un penalty (30) et conclu une action collective (68) pour dompter le "sous-marin jaune", cinquième de Liga, qui avait égalisé par Mateo Musacchio (48).

Ce succès offre provisoirement au Barça (43 points) trois longueurs d'avance sur l'Atletico Madrid, qui joue dimanche contre le FC Valence (20h00 GMT). Il lui permet surtout de creuser l'écart sur le Real, troisième, qui s'est trouvé mené 2-0 à dix contre onze à Pampelune et a arraché le nul grâce à Isco (45) et Pepe (80).

Malheureusement pour les deux clubs madrilènes, le Barça semble de retour après son récent passage à vide contre l'Athletic Bilbao (1-0). Et c'est Villarreal qui en a fait les frais.

"J'apprécie cette victoire (...) parce qu'on a bien joué et à cause du niveau de l'adversaire", a commenté l'entraîneur barcelonais Gerardo Martino.

Martino: "Une très bonne période"

"Je déplore que la semaine prochaine la compétition s'arrête (pour la trêve, NDLR). J'ai la sensation que nous sommes dans une très bonne période."

Monopole absolu de la possession, ballons récupérés très haut, redoublements de passes: dans un début de match totalement à son avantage, Barcelone a patiemment déroulé son jeu, sans se précipiter, inquiétant le promu par une reprise d'Alex Song sur le poteau (7).

L'ouverture du score est venue d'une main dans la surface du latéral de Villarreal Mario, synonyme de penalty. Toujours en l'absence de Lionel Messi, blessé jusqu'en janvier, Neymar a pris ses responsabilités pour marquer avec sang-froid (30).

Après cette première période à sens unique, le défenseur central Mateo Musacchio a égalisé sur corner d'une tête puissante (48) et rendu son vrai visage au "sous-marin jaune", une équipe capable cette saison de tenir tête au Real (2-2) ou à l'Atletico (1-1)

Mais le Barça ne s'est pas démonté, Cesc Fabregas a trouvé Alexis Sanchez dans la surface et le Chilien a servi sur un plateau Neymar (68), qui a inscrit son sixième but en Liga.

Seul bémol pour le Brésilien: il a aussi récolté un carton jaune qui devrait lui valoir une suspension pour le dernier match de 2013 à Getafe le week-end prochain.

Le Real avec du "caractère"

Le Real, de son côté, semble suivre une courbe inverse à celle du Barça: en net regain de forme ces dernières semaines, le club merengue est retombé dans ses travers défensifs contre Osasuna.

Les Navarrais, seizièmes et plus mauvaise attaque de Liga avant ce week-end, y ont longtemps cru grâce à un doublé d'Oriol Riera.

Ni Luka Modric, déséquilibré dans la surface sans obtenir de penalty (18), ni Cristiano Ronaldo, pas dans un bon jour, n'ont réussi à relancer la machine Real.

Le match a même viré au cauchemar lorsque le capitaine merengue Sergio Ramos, déjà averti, a reçu un deuxième carton jaune sur une action apparemment anodine où son coude a atteint au visage le Navarrais Roberto Torres (43).

"C'est une décision difficile à comprendre. Peut-être que sur le premier carton il n'y a pas faute, je ne sais pas", a dit Ancelotti.

"Nous avons perdu un peu le contrôle du jeu après le premier but (...) Mais je crois que l'équipe a montré beaucoup de caractère pour ne pas perdre ce match."

Isco (45), d'une frappe très pure à l'entrée de la surface, puis Pepe de la tête (80) ont ainsi permis au Real d'égaliser et de limiter les dégâts. Mais le troisième but n'est pas venu et Madrid laisse à nouveau des points en route.

jed/cle