NOUVELLES
14/12/2013 06:11 EST | Actualisé 13/02/2014 05:12 EST

Desmond Tutu risque de manquer l'enterrement de Mandela dimanche

Le prix Nobel de la Paix Desmond Tutu, conscience morale de l'Afrique du Sud souvent critique envers le pouvoir, risque de manquer dimanche l'enterrement de son ami et compagnon de lutte Nelson Mandela, en raison d'incertitudes sur son accréditation.

"L'archevêque n'a pas été accrédité comme membre du clergé pour l'événement et n'y assistera donc pas", a indiqué à l'AFP la fille de l'ancien archevêque anglican du Cap, Mpho Tutu.

Mais la présidence a ensuite assuré qu'il figurait bien sur la liste des invités. "J'ai vérifié, et il est bien sur la liste", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la présidence, Mac Maharaj.

"C'est une personne très spéciale pour notre pays et il est sans aucun doute sur la liste", a-t-il ajouté. "S'il y a le moindre problème, nous allons tout faire pour l'aplanir."

Les funérailles du héros de la lutte anti-apartheid et premier président noir d'Afrique du Sud auront lieu dimanche à Qunu (sud), le village de son enfance et de ses vieux jours.

Environ 5.000 personnes, dont de nombreux dignitaires, assisteront d'abord à un hommage officiel. Mais seule la famille et un petit nombre de personnalités triées sur le volet participeront à son inhumation.

Desmond Tutu, 82 ans, pourfend régulièrement les dérives du gouvernement du président Jacob Zuma, notamment les scandales de corruption et l'échec à réduire les inégalités.

En 2013, il a assuré qu'il ne voterait plus pour le Congrès national africain (ANC), le parti de la lutte contre l'apartheid au pouvoir depuis l'avènement de la démocratie en 1994.

Un porte-parole de Mgr Tutu, Roger Friedman, a toutefois refusé de faire un lien entre l'absence d'accréditation et ces critiques. "Présentement il ne prévoit pas d'y assister", a seulement dit M. Friedman.

Mardi lors de la cérémonie officielle d'hommage à Mandela au stade de Soweto en présence de près d'une centaine de chefs d'Etat, Desmond Tutu ne figurait pas sur le programme officiel et il a été le dernier des orateurs, invité seulement à donner la bénédiction.

Devant des gradins quasi-désertés, il avait fait hurler un puissant "Oui" au public après avoir intimé "Nous promettons à Dieu que nous allons suivre l'exemple de Nelson Mandela!".

sn/chp/liu/jmc