NOUVELLES
13/12/2013 05:16 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

Une entreprise au N.-B. rasée par les flammes

La population de Bas-Caraquet, au Nouveau-Brunswick, est consternée par la destruction de l'entreprise de fabrication et réparation de bateaux Friolet Services Maritimes, par un violent incendie, tard jeudi soir. Personne n'a été blessé.

Deux bateaux de pêche au homard de la flottille de Shippagan, qui étaient en réparation, ont aussi été détruits.

L'usine sœur, Ovatek, où l'on construit des embarcations de sauvetage en forme d'œuf, a aussi été touchée.

Le feu aurait éclaté dans les bureaux administratifs de ces entreprises situées dans le parc industriel de Bas-Caraquet.

Une douzaine de personnes travaillent chez Friolet et Ovatek.

Stéphane Hébert, chef de production chez Ovatek, a assisté, impuissant, à ce triste spectacle. « On a brûlé la partie avant, comme vous pouvez le voir. Il y avait un autre édifice en avant, puis il est parti. Quand je suis arrivé, c'était déjà à terre », dit-il.

« Après 18 ans, ça fait un pincement », a-t-il ajouté avec des trémolos dans la voix. « Ovatek, c'était comme mon bébé. J'ai travaillé ici depuis les tout débuts. »

M. Hébert ne perd pas courage. « On va se retrousser les manches et on va remonter la côte de nouveau », a-t-il lancé.

« C'est un revers pour cette région qui déploie beaucoup d'efforts pour développer son industrie de la construction navale. « Ça va donner un dur coup parce que René Friolet était un constructeur naval. On va continuer nos efforts. On va essayer de voir si on peut donner un coup de main à M. Friolet et continuer nos efforts. Je ne pense pas qu'on va lâcher », affirme Agnès Doiron, mairesse de Bas-Caraquet.