NOUVELLES
13/12/2013 03:54 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

Prudence de la Maison Blanche sur l'Américain disparu en Iran en 2007

La Maison Blanche s'est montrée prudente vendredi au sujet d'un Américain disparu en Iran depuis 2007, se contentant d'affirmer que cet ancien agent du FBI, envoyé en mission par des agents de la CIA, ne travaillait pas pour le gouvernement américain.

Associated Press (AP) et le Washington Post ont révélé jeudi soir que Robert Levinson, un enquêteur privé âgé de 65 ans aujourd'hui, travaillait pour la CIA et était rémunéré par elle pour des missions de renseignement.

"Bob Levinson n'était pas un employé du gouvernement américain quand il a disparu en Iran", a précisé le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney lors de son point de presse, sans plus de précisions.

"Je ne vais pas faire davantage de commentaires sur ce qu'il faisait ou ne faisait pas en Iran", a-t-il ajouté.

Quand M. Levinson avait disparu sur l'île iranienne de Kish, dans le Golfe, le gouvernement américain avait affirmé qu'il était en voyage d'affaires.

M. Carney a jugé en outre "hautement irresponsable" de rendre publique une telle information, car elle pouvait mettre en danger M. Levinson.

"Quand quelqu'un est détenu à l'étranger et qu'on affirme, que ce soit vrai ou faux, que cette personne travaille pour la CIA, c'est dicté par un raisonnement qui met vraisemblablement cette personne encore plus en danger".

Selon M. Carney, le président Barack Obama avait évoqué le cas de M. Levinson lors de son appel téléphonique historique à son homologue iranien Hassan Rohani en septembre.

Selon le département d'Etat, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait aussi évoqué ce dossier avec son homologue Mohammad Javad Zarif lors des discussions sur le nucléaire à Genève, et invité Téhéran à aider à ramener Levinson chez lui.

Selon le porte-parole de l'exécutif américain, le gouvernement américain ne sait pas où se trouve Levinson mais avait reçu une information en 2011 selon laquelle il serait en Asie du sud-est.

L'Iran a affirmé ne pas savoir non plus ce qu'était devenu l'Américain.

Levinson s'était rendu en mars 2007 à Kish pour rencontrer un soi-disant informateur sur la corruption en Iran, avec l'espoir de glaner aussi des informations sur le programme nucléaire iranien, ont rapporté AP et le Washington Post.

En violation des règles de la CIA, une équipe d'analystes de l'agence l'avait recruté. Et quand le Congrès a fini par l'apprendre, la CIA a renvoyé trois analystes et lancé une action disciplinaire contre sept autres.

Si Levinson est encore vivant, il s'agirait de la prise d'otage la plus longue pour un citoyen américain.

col/are/gde