NOUVELLES
13/12/2013 03:11 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Pas de libération anticipée pour Maurice McIntyre

Le meurtrier Maurice McIntyre ne pourra pas faire de demande à la Commission des libérations conditionnelles avant 2019, soit avant qu'il ait purgé 25 ans de prison pour avoir tué l'agent de Sécur Alain Labrie.

Après deux jours de délibérations, les 12 jurés ont rejeté sa demande de révision judiciaire.

Le 22 mars 1994, Maurice McIntyre a abattu Alain Labrie lors du vol d'un camion de la compagnie Sécur, qui contenait plus de 760 000 $.

Lors de l'audition de la requête, son avocate Jacinthe Lanctôt a plaidé que son client avait bien changé depuis le crime. Des psychologues ont indiqué qu'il contrôlait mieux sa colère, des aumôniers qui l'ont côtoyé ont aussi eu des commentaires très positifs à son endroit.

La Couronne, représentée par Me René Verret, s'est opposée à la demande du détenu qui montre un risque de récidive qualifié de moyen à élevé, selon l'évaluation de psychologues. Le procureur a également rappelé les nombreuses récidives du criminel.

Le prisonnier invoquait la « clause de la dernière chance », qui permet aux criminels condamnés à la prison à vie de faire une demande de libération après avoir purgé 15 ans. Mais il est l'un des derniers détenus à le faire, puisque cette clause a été abolie il y a deux ans pour les crimes commis après le 2 décembre 2011.

Maurice McIntyre est actuellement incarcéré à l'établissement à sécurité moyenne de Cowansville.