NOUVELLES
13/12/2013 11:51 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

Nouveau record d'endettement des ménages

Statistique Canada expose vendredi que le niveau d'endettement des ménages, soit le ratio de la dette contractée sur le marché du crédit au revenu disponible, est passé de 163,1 % au deuxième trimestre à 163,7 % au troisième trimestre.

Autrement dit, les Canadiens doivent pratiquement 1,64 $ pour chaque dollar de revenu disponible qu'ils gagnent en une année.

Les ménages ont emprunté 25,1 milliards au troisième trimestre, dont 19,7 milliards sous forme d'emprunt hypothécaires.

La dette hypothécaire totale des Canadiens a ainsi atteint un peu plus de 1100 milliards de dollars, en hausse de 1,8 % par rapport au deuxième trimestre. Quant à la dette sur le marché du crédit à la consommation, elle s'élève à 505 milliards, soit une hausse de 1 % par rapport au trimestre précédent.

La croissance de l'endettement a tout de même ralenti. Sur une base annuelle, sa progression a été de 4,5 %. Il s'agit de la plus faible croissance depuis la récession américaine de 2001, observe Leslie Preston, économiste de la Banque TD.

Le nouveau sommet d'endettement des ménages atteint au troisième trimestre vient néanmoins freiner les spéculations sur un éventuel abaissement du taux directeur, maintenu à 1 % depuis plus de trois ans, selon le Mouvement Desjardins. 

Par ailleurs, la valeur nette des ménages a augmenté de 2,2 %, en raison surtout de la solidité du marché boursier au Canada et à l'étranger. La valeur des actions et d'autres avoirs a progressé de 3,7 % et la valeur des biens immobiliers des ménages a augmenté de 1,5 %.

L'endettement des ménages demeure un sujet d'inquiétude dans un contexte où le gouverneur de la Banque centrale lui-même reconnaît que le marché immobilier canadien est surévalué. Plus tôt cette semaine, la Deutsche Bank a placé le Canada au sommet d'une liste des pays où le marché immobilier est le plus surévalué. L'étude de la Deutsche Bank évalue que le marché immobilier canadien est présentement évalué à 60 % au-dessus de sa valeur réelle.