NOUVELLES
13/12/2013 07:45 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

Intempéries: l'aide par avion à la Syrie depuis l'Irak encore retardée

Le premier envoi par avion d'une aide de l'ONU depuis la région autonome du Kurdistan irakien vers les région kurdes de Syrie a été une nouvelle fois reportée vendredi en raison des mauvaises conditions climatiques.

L'ouverture du pont aérien avait déjà été reportée jeudi en raison d'intempéries dans la région.

"L'aéroport de Qamishli reste fermé, mais apparemment les conditions climatiques s'améliorent", a déclaré Peter Kessler, porte-parole régional du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) des Nations unies.

Le HCR attend des informations vendredi ou samedi de la part des autorités du Kurdistan irakien pour savoir quand pourra débuter le pont aérien annoncé mardi avec l'accord des gouvernements irakien et syrien, a-t-il ajouté.

Sept vols sont programmés, dans un premier temps depuis Erbil en Irak vers Qamishli et Hassaké dans le nord et nord-est de la Syrie, avait expliqué mardi à Genève Amin Awad, directeur du HCR pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Le HCR envisage d'envoyer par voie aérienne environ 40 tonnes d'aide à la région, qui est devenue de plus en plus dangereuse d'accès, "pour 10.000 familles ou quelque 50.000 à 60.000 personnes", avait précisé M. Kessler cette semaine.

L'aide fournie par le HCR, l'Unicef et le Programme alimentaire mondial (PAM) vise à soutenir les déplacés Syriens face aux conditions hivernales: isolation pour les tentes, vêtements chauds et argent pour acheter du combustible.

Le HCR compte dépenser 195 millions de dollars pour aider les réfugiés à affronter l'hiver en Syrie et dans les pays alentours.

La guerre civile en Syrie, qui a déjà tué selon une ONG syrienne plus de 126.000 personnes depuis mars 2011, a fait aussi selon l'ONU plus de trois millions de réfugiés hors du pays et plus de 4 millions de déplacés à l'intérieur de la Syrie.

Les régions à majorité kurde en Syrie ont été relativement épargnées jusqu'à cette année, quand des combats ont éclaté entre Kurdes et jihadistes, poussant plusieurs dizaines de milliers d'habitants à partir pour le Kurdistan irakien voisin.

wd/sw/fcc