NOUVELLES
13/12/2013 07:57 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

Déraillement à New York: Metro North multiplie les inspections dans les trains

ALBANY, États-Unis - Le deuxième plus important transporteur de passagers par rail des États-Unis multipliera les inspections touchant ses ingénieurs et ses conducteurs à bord des trains, une décision qui survient deux semaines après un déraillement meurtrier et un an après qu'une tentative similaire eut été qualifiée de ratée.

Metro-North, qui exploite des trains en partance et à destination de New York, de ses banlieues plus au nord dans l'État, ainsi qu'au Connecticut, utilise davantage d'inspecteurs en civil qui embarquent ni vu ni connu dans les trains pour s'assurer que le personnel agit correctement, a indiqué Marjorie Anders, porte-parole de la Metropolitan Transportation Authority, qui exploite Metro-North.

Le train qui a déraillé le 1er décembre circulait à environ 130 kilomètres/heure dans une zone d'à peine 50 km/h, tuant quatre passagers et en blessant plusieurs dizaines d'autres. Des représentants de l'ingénieur de bord ont affirmé que ce dernier aurait pu avoir sommeillé brièvement.

Selon Mme Anders, aucun cas d'ingénieur de Metro-North sommeillant ou endormi n'a été rapporté depuis le début des travaux des inspecteurs.

Elle n'a pas voulu préciser combien de gens étaient affectés à cette tâche, combien de trains étaient inspectés, ou encore combien de quarts de travail faisaient l'objet d'enquêtes. Des inspecteurs travaillant sur d'autres lignes vérifient également si les trains dépassent les quais, ainsi que les problèmes du service à la clientèle. Les employés peuvent être renvoyés en formation ou subir des mesures disciplinaires, allant potentiellement jusqu'au congédiement.

Metro-North fait également l'objet d'une évaluation fédérale de ses systèmes de sécurité, et les opérateurs des trains suivent aussi des règles fédérales obligeant la présence d'une deuxième personne dans la cabine pour certains virages et ponts, a dit Mme Anders. Des responsables fédéraux des trains envoient eux aussi des inspecteurs à bord des trains, a-t-elle poursuivi.

«Ils étaient sortis en force aujourd'hui [vendredi].»

Metro-North disposait d'une équipe d'inspection expressément formée d'enquêteurs en civil, mais celle-ci a été pratiquement entièrement démantelée en 2012 à la suite d'informations voulant que le travail avait été bâclé.

Un défenseur des droits des passagers a dit être d'accord avec Mme Anders, selon qui il est impossible de savoir si une unité d'observateurs dédiée évaluant certains des 700 trains quotidiens aurait pu permettre d'éviter le déraillement du 1er décembre.