NOUVELLES
13/12/2013 10:58 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

De longues files d'attente pour un ultime adieu à Mandela

Des dizaines de milliers de Sud-Africains font toujours la file d'attente à Pretoria afin d'avoir la chance de rendre un dernier hommage à Nelson Mandela, dont le corps est exposé pour une troisième et dernière journée vendredi avant d'être transporté par avion vers le village de Qunu, où il sera inhumé dimanche.

En milieu de matinée, 50 000 personnes attendaient patiemment pour arriver jusqu'au cercueil, formant des files d'attente longues de plusieurs kilomètres, ce qui a poussé le gouvernement à appeler la population à ne plus se présenter sur le site.

« Nous ne pouvons pas garantir que chaque personne présente dans les files d'attente dans les différents sites pourra accéder à l'Union Buildings », a-t-il indiqué dans un communiqué.

La veille, les autorités avaient dû fermer les portes de l'édifice, alors que des milliers de personnes attendaient encore, ce qui en a poussé plusieurs à coucher sur place.

Depuis mercredi, les hommages à Mandela ont pris une tonalité plus triste et recueillie, contrastant avec les joyeuses célébrations des jours précédents.

Cérémonies à Qunu

Nelson Mandela sera enterré dans son village natal du sud du pays dimanche.

Des cérémonies se tiendront d'abord en présence d'environ 5000 personnes, dont des dignitaires étrangers comme le prince Charles d'Angleterre ou les anciens premiers ministres français Lionel Jospin et Alain Juppé. Elles seront retransmises à la télévision. L'inhumation se fera ensuite dans l'intimité familiale, où quelques rares personnalités seront admises.

Dans une première entrevue depuis le décès de l'apôtre de la lutte antiapartheid, la deuxième des trois femmes de Nelson Mandela, Winnie, a d'ailleurs souligné que la famille trouvait difficile de le partager « après l'avoir partagé de son vivant avec le monde entier et le pays tout entier ». Elle a également souligné que « dans la tradition africaine, on n'expose pas les défunts ».

Par ailleurs l'enterrement de Nelson Mandela se fera de façon traditionnelle. Selon la coutume, des rites xhosa, dont l'égorgement d'un boeuf, seront pratiqués et des aînés du clan Thembu, dont il était issu, prendront la parole autour de la tombe. « Des funérailles sont une cérémonie complexe qui demande notamment de communiquer avec les ancêtres et de permettre à l'esprit du défunt de reposer », a expliqué le chef Jonginyaniso Mtirara, du clan Thembu.

Depuis une semaine, des ouvriers travaillent à Qunu dans la propriété que Nelson Mandela s'était fait construire après 27 ans passés en prison, afin d'assurer le bon déroulement de la cérémonie.

Excuses du gouvernement pour le faux interprète

Le gouvernement sud-africain a présenté vendredi des excuses formelles à la communauté des sourds après que la traduction en langue des signes de la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela eut été gâchée par un interprète qui ne maîtrisait pas cette langue.

« Nous nous excusons sincèrement auprès de la communauté des sourds et de tous les Sud-Africains ayant pu se sentir insultés », a déclaré le ministre de la Culture, Paul Mashatile.

M. Mashatile a annoncé le vote d'une loi, au début de l'an prochain, pour encadrer la profession d'interprète, « afin que ce genre d'incident ne se reproduise jamais plus ».