NOUVELLES
12/12/2013 09:21 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Muskrat Falls : la garantie de prêt crée du mécontentement au Québec

La garantie de prêt accordée par Ottawa au projet hydroélectrique de Muskrat Falls fait le bonheur de Terre-Neuve-et-Labrador, mais la réaction du Québec est tout autre.

La garantie de prêt de 5 milliards de dollars, du fédéral, s'échelonnera sur 40 ans. Grâce à elle, Terre-Neuve-et-Labrador va économiser 1 milliard de dollars sur les taux d'intérêt.

« Vous savez que le gouvernement du Québec a toujours financé seul ses propres installations hydroélectriques. C'est de la concurrence déloyale », affirme Alexandre Cloutier, ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes du Québec.

La concurrence est jugée déloyale puisqu'une partie de l'électricité produite à Muskrat Falls, au Labrador, est destinée au marché de l'est des États-Unis.

« Les Québécois ont payé pour leurs affaires, que les Terre-Neuviens fassent la même chose », ajoute M. Cloutier.

Mais Terre-Neuve-et-Labrador tient trop à cette garantie de prêt pour ne pas en profiter. Pourtant, l'opposition officielle ne partage pas l'enthousiasme du gouvernement provincial.

Le chef de l'opposition, Dwight Ball, affirme que la Nouvelle-Écosse, où l'électricité sera acheminée par un câble sous-marin, n'a pas dépensé un sou pour ce projet. C'est la société Emera qui assume l'installation du câble sous-marin.

Les installations de Muskrat Falls, dont la construction est en cours, doivent commencer à produire de l'électricité en 2017.