NOUVELLES
12/12/2013 08:02 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Le Polimètre , pour mesurer les promesses électorales

Les élus politiques tiennent-ils leurs promesses électorales? Une équipe de chercheurs de l'Université Laval tente de le savoir en mettant au point le « Polimètre Marois » pour mesurer le taux de réalisation des engagements du gouvernement péquiste.

La méthodologie utilisée par une équipe de chercheurs de l'Université Laval permet d'évaluer le niveau de réalisation des promesses électorales des élus, afin d'offrir aux citoyens un maximum d'informations objectives et fiables.

Le directeur du département de Sciences politiques, François Pétry, explique que l'outil peut aider les électeurs à éclairer leurs choix électoraux. Actuellement, 113 promesses péquistes ont été catégorisées par les membres du Centre d'analyse des politiques publiques (CAPP) à l'Université Laval.

« On établit des scores pour chacune des promesses qui ont été faites dans la plate-forme du Parti québécois aux élections de 2012. Présentement pour le PQ, on en est à 46 % des promesses qui sont réalisées ou réalisées en partie », explique M. Pétry.

Quatre types de résultats sont possibles : les promesses entièrement réalisées, en partie réalisées, en suspens ou rompues.

Un gouvernement fiable?

« Si on fait des analyses comparatives, on pourrait dire que le PQ se place un petit peu en bas de l'échelle. C'est-à-dire qu'après 16 ou 18 mois au pouvoir, on s'attend en général à ce que le gouvernement ait rempli environ les deux tiers de leurs promesses, entièrement ou en partie » affirme le chercheur.

Une promesse réalisée « en partie » signifie que le gouvernement a posé au moins un geste pour tenir son engagement électoral, précise François Pétry. L'équipe de l'Université Laval s'est inspirée du « Obameter » aux États-Unis et du site « Lui président » en France pour créer son Polimètre.

Les chercheurs travaillent actuellement à mettre au point le « Polimètre Harper » pour vérifier si le gouvernement conservateur tient ses promesses. L'outil devrait être en ligne en février.