NOUVELLES
12/12/2013 02:34 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Le Canada un «corps étranger»? Le Parti libéral fustige Jean-François Lisée

QUÉBEC - Jean-François Lisée a insulté la plus grande part de la population québécoise avec ses propos désobligeants sur le Canada, a soutenu, jeudi, le député libéral Pierre Moreau.

Le ministre des Relations internationales a soulevé l'ire de l'opposition officielle en qualifiant le Canada de «corps étranger», la veille, sur la foi d'une légère remontée de l'option souverainiste dans un sondage.

Des propos que le leader parlementaire libéral juge «méprisants», «inappropriés» et «inélégants» envers les Québécois, majoritaires, qui éprouvent un sentiment d'appartenance au Canada.

«Il a une opinion sur tout et il tente de faire passer son opinion pour celle des Québécois. Or, l'image que nous voulons projeter dans le reste du pays, ce n'est pas celle d'une nation qui rejette le Canada. Les Québécois sont les cofondateurs du Canada et ont un énorme respect pour ce pays qu'ils ont fondé», a dit M. Moreau en entrevue.

Le député de Châteauguay accuse M. Lisée de se comporter comme le «ministre de ceux qui ont une carte du Parti québécois», une tendance qu'il dit remarquer chez les autres membres du cabinet. Pourtant, M. Lisée et ses collègues du gouvernement minoritaire n'ont pas reçu le mandat de faire de la «propagande souverainiste», a-t-il fait valoir.

Étant donné les difficultés du gouvernement Marois à contrôler les finances publiques, le ministre Lisée devrait aussi, selon M. Moreau, faire preuve d'une certaine retenue dans ses critiques envers le Canada.

«Ce gouvernement nous dit lui-même, assez extraordinairement, qu'il n'a aucun contrôle sur les revenus. Et bien, l'une de ses sources les plus stables de revenus sont les transferts fédéraux. Il faudrait peut-être que M. Lisée soit conscient de ça», a-t-il dit.

Parce qu'il l'accuse de confondre ses aspirations personnelles avec l'intérêt général, le leader parlementaire libéral s'interroge sur les capacités de M. Lisée d'assumer des fonctions de représentation à l'étranger.

«Lorsqu'on est à l'international, le Québec fait partie du Canada et on doit tenir des propos respectueux pour le statut que l'on a, pour le choix démocratique qu'ont fait les Québécois et les Canadiens. On doit faire cette représentation en vertu de ce qui existe et non pas en fonction de ce que lui-même souhaite», a-t-il déclaré.

Dans sa tirade mercredi contre le lien fédéral, M. Lisée a dit percevoir une volonté de plus en plus affirmée chez les Québécois de définir entre eux la société dans laquelle ils veulent vivre. Il a cité pour exemple le débat en cours sur la charte des valeurs.

Pour M. Moreau, il est clair que le gouvernement de Pauline Marois se sert du débat sur la charte pour faire oublier son bilan économique et tenter de remettre la souveraineté à l'ordre du jour.

«On essaie d'exacerber des sentiments qui sont extrêmement négatifs pour essayer de faire monter une ferveur souverainiste qui n'existe pas», a-t-il dit.