NOUVELLES
12/12/2013 07:10 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

L'économie américaine profitera à celle du Canada en 2014

L'accélération de la croissance aux États-Unis l'an prochain devrait engendrer une hausse des exportations canadiennes, ce qui stimulera l'activité économique au pays, avance la Banque Royale.

Dans un rapport sur les perspectives économiques, publié jeudi, les économistes de l'institution disent s'attendre à une croissance de 1,7 % du PIB réel pour cette année, puis de 2,6 % l'an prochain et 2,7 % en 2015.

« La reprise lente et plutôt faible aux États-Unis a sans contredit joué un rôle dans la faiblesse des exportations canadiennes tout au long de 2013 », souligne le premier vice-président et économiste en chef de la RBC, Craig Wright, tout en ajoutant que la situation risque d'être différente l'année prochaine.

La RBC table sur un rebond des investissements, principalement dans les secteurs manufacturier, minier, pétrolier et gazier. « L'affaiblissement du dollar canadien apportera un soutien supplémentaire au commerce extérieur au cours de la prochaine année », écrivent les économistes de la banque.

Le Québec devrait aussi profiter de la progression de ses exportations l'an prochain avec la vigueur de l'économie américaine et un huard en dépréciation. La RBC anticipe une croissance de 1,1 % pour 2013, de 1,7 % pour l'année suivante, puis de 1,6 % en 2015.

« Plusieurs facteurs, notamment la détérioration des tendances démographiques imputable à la diminution rapide de la population d'âge actif, ont freiné la croissance économique du Québec en 2013, indique M. Wright. Même si nous prévoyons un regain de vigueur de l'économie québécoise en 2014, la nouvelle norme pour la province pourrait bien être moins dynamique que par le passé. »

En Ontario, la croissance prévue par la RBC l'an prochain est de 2,6 %. De son côté, l'économie albertaine devrait s'accroître de 3,9 % et de 1,4 % pour le Nouveau-Brunswick.

D'ailleurs, la RBC ne s'attend pas à ce que la Banque du Canada ou la Réserve fédérale américaine modifie leur taux directeur en 2014.