NOUVELLES
12/12/2013 06:36 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

La BCE doit s'assurer que ses liquidités irriguent bien les entreprises (Draghi)

La Banque centrale européenne (BCE) doit s'assurer que les liquidités qu'elle fournit aux banques de la zone euro atteignent les entreprises et les ménages, moteurs de l'économie, a déclaré jeudi son président Mario Draghi.

"Les PME se débattent" actuellement, entre "absence de crédit ou absence de demande" de prêt de leur part, a expliqué M. Draghi devant le Parlement européen réuni à Strasbourg, une séance retransmise sur le site internet de l'assemblée.

Et ce malgré l'apport continu et bon marché de fonds aux banques de la part de l'institution monétaire de Francfort, et deux prêts géants à long terme accordés fin 2011 et début 2012, baptisés LTRO.

Plus de 1.000 milliards d'euros avaient été accordés lors de ces opérations à trois ans, mais cet argent a servi essentiellement aux banques à redorer leur bilan ou acheter de la dette émise par leurs Etats, a regretté la BCE.

D'où la décision que "si nous faisons un nouveau LTRO, il sera cette fois différent; il faudra le faire de manière à ce qu'il atteigne l'économie réelle", a expliqué jeudi M. Draghi.

"Nous pensons à différents possibilités (...) Nous devons continuer à réfléchir pour trouver l'instrument adapté", a-t-il ajouté, répétant que son institution avait à sa disposition une variété d'outils pour continuer à soutenir la reprise en zone euro sans toutefois suppléer les Etats ou les banques dans "leurs devoirs".

Par ailleurs, M. Draghi a souligné que la dette des Etats détenue par les banques allait être prise en compte comme tous les autres actifs en leur possession lors de l'examen de leur bilan qui est mené par la BCE au titre de sa nouvelle fonction de superviseur unique bancaire européen.

Quant à la manière dont ces actifs allaient être évalués, il a renvoyé aux discussions menées par le Comité de Bâle pour la Supervision bancaire. "Ce n'est pas notre tâche", a déclaré M. Draghi.

oaa/maj/ros