NOUVELLES
12/12/2013 02:48 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST

Koweït: HRW dénonce une loi incriminant "l'offense" envers l'émir

Human Rights Watch (HRW) a dénoncé jeudi une décision de la justice koweïtienne maintenant un article controversé du code pénal prévoyant des peines allant jusqu'à cinq ans de prison pour "offense" envers l'émir.

Dans un communiqué, l'organisation de défense des droits de l'Homme souligne que cette décision "porte un coup à la liberté d'expression".

Plusieurs militants et députés de l'opposition ainsi que des internautes, jugés selon l'article 25 du code pénal, ont été condamnés à diverses peines de prison sous l'accusation d'offense sur internet à l'encontre de l'émir et des autorités.

"Les autorités doivent abandonner les poursuites contre les personnes accusées ou reconnues coupables de crimes uniquement pour avoir exercé leur droit d'exprimer des opinions critiques sur n'importe quel sujet, aussi sensible qu'il soit", écrit HRW dans son communiqué, appelant le Parlement koweïtien à abroger l'article contesté.

Début décembre, la Cour constitutionnelle du Koweït a rejeté plusieurs recours demandant l'abrogation de l'article.

Dans son arrêt, elle a souligné qu'il était "inadmissible que la plus haute autorité dans le pays soit traitée comme n'importe quelle autre personne", indiquant que le fait de ne pas défendre la personne de l'émir menacerait l'unité, la sécurité et le régime du Koweït.

oh/tm/cco