NOUVELLES
12/12/2013 07:43 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Israël: l'extrême droite cherche à faire dérailler le processus de paix (Livni)

La ministre israélienne chargée des négociations de paix, Tzipi Livni, a accusé ses partenaires d'extrême droite au sein de la coalition gouvernementale de saboter les discussions avec les Palestiniens en multipliant les constructions dans les colonies, selon des propos diffusés jeudi.

Mme Livni s'est exprimée avant l'arrivée prévue en fin de journée du chef de la diplomatie américaine John Kerry pour une nouvelle mission dans la région destinée à donner encore un coup de pouce aux difficiles négociations palestino-israéliennes.

Mme Livni, ministre de la Justice, a accusé le parti du Foyer juif de soutien délibéré aux projets de construction dans les colonies pour faire "dérailler" les pourparlers en cours avec les Palestiniens.

Le Foyer juif, un parti nationaliste religieux qui détient le portefeuille crucial du ministère du Logement, prône une accélération de la colonisation en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-est annexée.

Les annonces de nouvelles constructions dans les colonies isolées "sont destinées à nous empêcher de parvenir à la paix", a jugé Mme Livni s'exprimant mercredi à l'Université de Tel-Aviv, selon des propos diffusés par la radio israélienne.

"Il s'agit là d'une intention délibérée de faire dérailler les négociations. Pour pousser l'autre partie à quitter la salle", a-t-elle ajouté, en allusion aux négociateurs palestiniens.

La ministre centriste a appelé à ne pas permettre au Foyer juif de bloquer la paix: "Avec plus de constructions (dans les colonies) ils sont en train de mettre leur veto à la paix. Ils ne doivent pas être autorisés à utiliser ce veto informel, illégitime".

M. Kerry est attendu pour une nouvelle navette diplomatique entre Palestiniens et Israéliens pour pousser les négociations de paix en avant, plusieurs fois menacées notamment par une série d'annonces de nouvelles constructions dans les colonies juives.

Le vice-ministre des Affaires étrangères israélien Zeev Elkin, du parti ultra-nationaliste Israël Beiteinou, a affirmé que les discussions n'aboutiraient pas tant que les Palestiniens refusaient de reconnaître Israël comme Etat juif et d'accepter une présence militaire israélienne le long de la rive orientale de leur futur Etat, à la frontière de la Jordanie.

"Jusqu'ici les Palestiniens ont dit +non+ à tout; Kerry peut encore revenir plusieurs fois (...) mais je ne pense que rien ne changera", a-t-il dit à la radio.

M. Kerry doit rencontrer jeudi soir le président Mahmoud Abbas à Ramallah. Il doit aussi rencontrer le Premier ministre israélien mais son programme n'a pas été complètement finalisé.

Le secrétaire d'Etat américain se rendra vendredi en Jordanie d'où il doit partir pour l'Asie.

scw-hmw-feb/agr/sw