NOUVELLES
12/12/2013 05:05 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST

Centrafrique: l'ancien ministre Kouchner critique "l'absence de l'Europe"

Bernard Kouchner, ancien ministre français des Affaires Étrangères, a critiqué jeudi "l'absence de l'Europe" en Centrafrique, où la France est intervenue militairement, accusant les autres dirigeants européens d'être "scandaleusement lâches et scandaleusement peu européens".

"Je suis fier que notre pays se soit porté aux avants-postes pour empêcher un massacre. Ca avait commencé comme ça au Rwanda, nous n'étions pas intervenus, souvenons-nous en", a déclaré M. Kouchner sur LCI et Radio Classique.

"Une chose me gêne beaucoup, c'est l'absence de l'Europe. A quoi ça sert l'Europe si ils ne sont pas là ?", s'est emporté M. Kouchner pour qui les dirigeants des autres pays européens "n'ont pas envie d'intervenir. Ils sont scandaleusement lâches et scandaleusement peu européens."

"C'est vrai que nous ne sommes pas très nombreux. 1.600 hommes, ce n'est pas beaucoup et je pense qu'il faudra les renforcer. Est-ce que l'Europe le fera ? Est-ce qu'ils nous aideront ? C'est un enjeu politique majeur", a conclu l'ancien ministre des Affaires Étrangères de Nicolas Sarkozy.

L'armée française, avec 1.600 soldats, intervient officiellement en Centrafrique en soutien de la Misca, la Mission internationale de soutien à la Centrafrique.

Les 3.000 hommes de la Misca venus des pays de la région, mal formés et mal équipés, n'ont pas réussi à éviter les massacres. L'Union africaine a annoncé que les effectifs de la force seraient portés à 6.000 soldats, mais aucun délai n'a été fixé.

bpa/rh/nou/bb