Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Mélanie Joly tient toujours à être élue

Mélanie Joly, candidate à la mairie défaite à la dernière élection municipale à Montréal, souhaite toujours devenir une élue montréalaise le plus rapidement possible.

De retour de deux semaines de vacances à l'extérieur du pays, la candidate défaite assistait pour la première fois à la séance du conseil municipal de Montréal depuis les élections du 3 novembre 2013.

Puisqu'elle n'est pas élue, c'est du haut des balcons de la salle du conseil que Mélanie Joly a dû regarder les échanges des élus.

« Je vous ai déjà dit que j'allais continuer à m'impliquer en politique municipale », dit Mélanie Joly.

Sans répondre directement à la question, elle laisse entendre qu'elle briguera le poste de conseillère municipale dans le district de Saint-Jacques, dans l'arrondissement de Ville-Marie, que le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, laissera vacant d'ici 12 à 18 mois.

« C'est mon intention de me présenter dans les délais les plus rapides », affirme-t-elle.

La chef de parti n'a pas l'impression d'avoir abandonné sa formation politique lorsqu'elle est partie à l'étranger peu de temps après les élections.

« Je suis très contente de toutes les décisions que j'ai prises avant, pendant ou après les élections. Je suis en bonne communication avec mon équipe alors ça se passe bien ».

Mélanie Joly a annoncé que le maire de l'arrondissement L'île-Bizard-Sainte-Geneviève, Normand Marinacci, sera le leader de son équipe au conseil municipal. Quatre élus du Groupe Mélanie Joly y siègent.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.