NOUVELLES
26/11/2013 07:22 EST | Actualisé 26/01/2014 05:12 EST

Déménagement d'élèves à Val-Bélair : la précipitation de la commission scolaire dénoncée

La Commission scolaire de la Capitale fera connaître le 21 janvier la décision qu'elle entend mettre de l'avant pour régler le problème d'achalandage dans trois écoles primaires de Val-Bélair.

Des parents sont revenus à la charge, lundi soir, pour dénoncer l'empressement des commissaires à vouloir transférer 47 élèves du primaire dans une école secondaire, faute de place.

Les élèves qui fréquentent les écoles l'Orée des Bois, Jules-Émond et Amédée-Boutin pourraient poursuivre leur 5e et 6e année du primaire dans les installations de l'école secondaire l'Odyssée. Une grande majorité de parents présents à la réunion s'opposent farouchement à cette solution.

Un ancien commissaire scolaire ex-conseiller municipal, Claude Gaudreau, a fait valoir qu'il faut se soucier du bien-être des élèves en priorité. « Nos enfants et mes petits-enfants ne sont pas des souris de laboratoire. Dans un horizon de cinq ans, toutes les écoles du secteur de Val-Bélair déborderont. Il y a encore de la place dans les écoles soyons de bonne foi. »

Plusieurs parents sont revenus à la charge pour demander la construction d'une nouvelle école dans leur secteur pour faire face à la surpopulation au primaire.

Un avocat, Jonathan Houle, croit pour sa part que la décision de déménager des élèves est trop importante pour ne pas se soucier des conséquences à long terme. « Il faut nous donner du temps, même si c'est juste deux ans. Même si c'est juste un an pour éviter que notre offre scolaire soit handicapée à Val-Bélair. Pour éviter d'avoir à reconstruire dans quelques années ce qu'on va avoir détruit aujourd'hui », a dit M. Houle.

La présidente du conseil d'établissement de l'école Jules-Émond, Catherine Koncsik, croit aussi que la Commission scolaire n'a pas intérêt à précipiter les choses.

« On demande aux commissaires de prendre le temps de bien faire les choses. On demande d'attendre un an et de regarder les options possibles pour prendre compte de tous les éléments afin de pouvoir prendre une décision qui a à coeur le bien-être des enfants », a dit Mme Koncsik.

Au total, 94 mémoires ont été présentés aux commissaires sur le projet de déménagement des élèves vers l'école secondaire l'Odyssée.