NOUVELLES
25/11/2013 06:35 EST | Actualisé 25/01/2014 05:12 EST

Le président Obama défend l'accord avec l'Iran et plaide pour la diplomatie

WASHINGTON - Le président Barack Obama a vigoureusement défendu, lundi, l'accord nucléaire conclu avec l'Iran durant le week-end, affirmant que les États-Unis ne pouvaient «fermer la porte à la diplomatie».

Les remarques du président surviennent alors que des critiques se font entendre au Congrès et chez certains pays alliés, principalement Israël, après la signature de l'accord préliminaire.

M. Obama a admis que des obstacles importants restaient à surmonter avant que les efforts diplomatiques avec l'Iran soient qualifiés de succès, mais il a insisté sur le fait que les gains potentiels étaient trop importants pour ne pas prendre le risque de tester la volonté de l'Iran de conclure un accord à plus long terme avec les États-Unis et d'autres grandes puissances.

«Si l'Iran saisit l'occasion et choisit de se joindre à la communauté internationale, nous pourrons commencer à réduire progressivement la méfiance qui existe depuis de nombreuses années entre nos deux pays», a déclaré le président Obama lors d'un événement à San Francisco.

Pour M. Obama, ce changement de politique envers l'Iran pourrait être un événement bienvenu face aux problèmes intérieurs qui ont affligé la Maison-Blanche au cours des dernières semaines, principalement la difficile entrée en vigueur de la réforme de la santé. Le président a saisi l'occasion pour rappeler aux Américains que les efforts diplomatiques actuels avec l'Iran s'inscrivent dans la promesse qu'il a faite lors de son investiture, quand il s'était engagé à discuter avec la République islamique sans conditions préalables.

«Lors de ma première campagne présidentielle, j'ai dit qu'il était temps d'inaugurer une nouvelle ère de leadership américain dans le monde», a-t-il dit. «En tant que président et commandant en chef, j'ai fait ce que j'ai dit que je ferais.»