NOUVELLES
25/11/2013 02:30 EST | Actualisé 24/01/2014 05:12 EST

Le Musée canadien des civilisations signe un partenariat avec l'industrie pétrolière

À Ottawa, le Musée canadien des civilisations obtiendra un million de dollars sur cinq ans, à la suite d'un partenariat financier conclu avec l'Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP). Il s'agit du plus important partenariat financier de l'institution.

Cette somme, correspondant à 200 000 $ par année, permettra de « développer les expositions [et d']appuyer la recherche » pour l'exposition 1867 et la programmation qui y sera associée, selon le PDG de la Société du Musée canadien des civilisations, Marc O'Neill.

Il cite notamment les présentations sur Terry Fox, le paquebot Empress of Ireland et le 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

L'idée d'un tel partenariat est l'initiative du Musée. « On approche beaucoup d'institutions, beaucoup d'associations. Ça fait partie de nos objectifs d'avoir une diversification des sources de revenus. L'ACPP était bien intéressée à avoir un partenariat avec le Musée », explique M. O'Neil.

Il soutient toutefois que l'Association n'aura aucun droit de regard sur le contenu des expositions, tout en comprenant les craintes que certains pourraient avoir.

Pendant la conférence de presse, lundi, le président de l'ACPP, Dave Collyer, a d'ailleurs vanté l'importance de l'industrie pétrolière au Canada.

« On ne développe pas des expositions au sujet du pétrole », a répliqué Marc O'Neil.

« On garde toujours l'indépendance [du musée]. Les institutions culturelles ont beaucoup de partenariats [...] pour élargir leurs programmes. Il ne s'agit pas de quelque chose de nouveau. Les autres institutions à Ottawa et partout au pays font la même chose », ajoute-t-il.

Par ailleurs, le PDG de la Société du Musée canadien des civilisations préfère ce partenariat plutôt qu'une hausse des tarifs d'admission.

L'ACPP bénéficiera toutefois de retombées, notamment en visibilité. « Comme d'habitude pour des partenariats comme ça, promouvoir leur image, le travail de leur association, le marketing [mise en marché] dans la promotion du musée et des expositions », souligne M. O'Neil.

À lire aussi : En janvier 2012, Radio-Canada révélait que la pétrolière Imperial Oil, commanditaire principal de l'exposition « Énergie, le pouvoir de choisir », au Musée canadien des sciences et de la technologie à Ottawa, avait participé activement à l'élaboration de messages qu'on y trouvait.