NOUVELLES
25/11/2013 07:48 EST | Actualisé 25/01/2014 05:12 EST

Budget : Rob Ford reprend son message électoral

Le maire adjoint de Toronto Norm Kelly a invité Rob Ford, lors du lancement lundi de l'exercice budgétaire 2014, à collaborer avec lui pour présenter un budget « raisonnable avec un minimum de slogans faciles [électoraux] ».

« C'est un budget d'année électorale et on sait tous ce que ça veut dire », a affirmé M. Kelly.

Il a décoché cette flèche à l'endroit du maire Ford, qui a déjà rejeté la recommandation du directeur municipal de hausser l'impôt foncier de 2,5 %, ce qui entraînerait une augmentation moyenne de 64 $ du compte des propriétaires.

Refusant d'être relégué au rang de simple conseiller municipal même si le maire adjoint a hérité de l'essentiel de ses pouvoirs, le maire Ford s'est adressé aux membres du comité du budget, lundi matin, à moins d'un an du prochain scrutin, faisant écho à son slogan électoral de 2010. 

Le maire Ford a promis de tout faire pour « faire baisser ce chiffre [hausse proposée de 2,5 % de l'impôt foncier] ». Selon lui, il est possible de trouver des économies de 18 millions de dollars dans le budget annuel de 1,2 milliard, pour limiter l'augmentation à 1,75 %.

M. Ford s'était aussi engagé à réduire la taxe sur l'achat d'une propriété (taxe de bienvenue) de 10 % l'an prochain. Toutefois, il n'a pas expliqué comment il arriverait à concilier cette double promesse avec sa volte-face, plus tôt cette année, lorsqu'il a voté avec une majorité de conseillers en faveur d'une surtaxe de 0,5 % pour aider à financer le prolongement du métro, l'une de ses autres promesses électorales. 

Le maire ne siège pas au comité du budget, mais son frère et conseiller municipal Doug Ford est membre du comité. Il a affirmé que « le train du gaspillage est de retour » à l'Hôtel de Ville, reprenant le slogan du maire en 2010. Rob Ford, qui a promis de solliciter un deuxième mandat en octobre prochain, malgré le scandale qui le poursuit, fera vraisemblablement des finances publiques son cheval de bataille à nouveau lors de la prochaine campagne électorale.

Autre promesse irréalisable?

Durant la dernière campagne électorale, M. Ford avait promis de trouver des économies de centaines de millions de dollars dans le budget de la Ville, sans réductions de service. Il affirmait alors qu'il stopperait le « train du gaspillage » à l'hôtel de ville.

Toutefois, ces économies n'existaient tout simplement pas, selon des consultants privés dont les services ont été retenus par la Ville. La firme KPMG a entre autres recommandé de vendre le zoo et des terrains de stationnement municipaux, en plus de fermer des bibliothèques. Mais ces propositions étaient tellement controversées qu'elles n'ont jamais été adoptées.

Néanmoins, Rob Ford a tenu parole en ce qui concerne sa promesse d'abolir l'impopulaire taxe annuelle de 60 $ sur l'immatriculation des véhicules. Il a aussi forcé les employés municipaux à accepter des concessions salariales, en plus de privatiser la collecte des ordures dans tout l'ouest de la ville. Cette dernière mesure entraînera à elle seule des économies de plus de 11 millions de dollars par année.