NOUVELLES
24/11/2013 02:47 EST | Actualisé 24/01/2014 05:12 EST

Kaepernick et Griffin déçoivent, mais les 49ers sont en meilleure position

WASHINGTON - Les conversations entourant la baisse de régime de Colin Kaepernick sont de la petite bière lorsqu'on les compare à celles dont fait l'objet son collègue de la capitale fédérale américaine.

Kaepernick et Robert Griffin III n'ont pas retrouvé la touche magique qu'ils avaient l'an dernier à leur saison recrue, alors qu'ils étaient de jeunes quarts talentueux, sachant lire le jeu mieux que quiconque, et qu'ils représentaient l'avenir du football aux États-Unis. Les défensives adverses n'avaient qu'à bien se tenir. Le problème, c'est que leurs faiblesses ont été décelées.

Du côté de Kaepernick, le passage à vide n'aura duré que deux matchs tandis que les 49ers de San Francisco se retrouvaient à 6-4 après avoir engrangé cinq victoires consécutives. C'était suffisant pour lancer un cri d'alarme au sein d'une équipe qui a participé au Super Bowl l'an dernier. La formation californienne demeure néanmoins dans la course aux séries éliminatoires dans l'Association nationale.

Griffin aimerait bien se retrouver dans la même situation. Les Redskins (3-7) de Washington et lui risquent toutefois d'être incapables de défendre leur titre de la section est de l'Association nationale. Il a dû se défendre cette semaine après avoir été la cible d'une critique qui ne lui est pas totalement attribuable — son coéquipier Santana Moss a suggéré que Griffin répétait souvent «je» et «moi» lorsque les choses tournent mal.

Lorsque la NFL a dévoilé le calendrier des matchs aux heures de grande écoute au printemps, un duel entre Kaepernick et Griffin vers la fin du mois de novembre semblait voué à un succès instantané. Les deux hommes tenteront maintenant de rassurer leurs partisans respectifs à l'occasion de la visite des 49ers au domicile des Redskins à Washington.

«Nous avions beaucoup d'attentes à l'aube de la saison, a convenu Griffin, et nous n'avons tout simplement pas pu y répondre. Et c'est malheureux.»