NOUVELLES
23/11/2013 11:13 EST | Actualisé 23/01/2014 05:12 EST

Des raids aériens du gouvernement font 44 morts dans le nord de la Syrie

BEYROUTH - Une série de raids aériens menés par les forces gouvernementales syriennes a fait au moins 44 morts, samedi, dans des régions du nord du pays détenues par les groupes rebelles alors que des combattants affiliés au réseau terroriste Al-Qaïda ont pris le contrôle d'un site pétrolier de l'est de la Syrie.

Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), établi en Grande-Bretagne, a précisé que l'attaque contre la ville rebelle d'al-Bab, près d'Alep, dans le nord de la Syrie, avait été la plus meurtrière des trois. Selon Rami Abdurrahman, ce raid aurait coûté la vie à 22 personnes.

Des chasseurs ont aussi bombardé deux districts aux mains des rebelles à Alep, la ville la plus populeuse de la Syrie. Les avions ont raté leur cible dans le quartier Halwaniyeh et lâché leurs bombes au-dessus d'un marché de légumes bondé, tuant 15 personnes, a affirmé M. Abdurrahman. Sept autres personnes ont péri dans un troisième raid visant le quartier Karam el-Beik, selon l'OSDH.

Les raids aériens se sont avérés l'un des principaux avantages du régime du président syrien, Bachar el-Assad, dans la guerre civile. Les forces gouvernementales les ont multipliés au cours de la dernière année dans le cadre d'une vaste offensive pour tenter de déloger les rebelles dans le nord du pays et dans les environs de la capitale, Damas.

Par ailleurs, des combattants du groupe Jabhat al-Nusra, lié à Al-Qaïda, ont forcé les troupes syriennes à se replier à l'issue d'une bataille d'une nuit au site pétrolier d'al-Omar, a indiqué Rami Abdurrahman.

On ignore si le site, dans l'est de la Syrie, est fonctionnel. Avant l'éclatement de la guerre civile en 2011, les revenus tirés de l'exploitation pétrolière comptaient pour environ le quart du budget du gouvernement.