NOUVELLES
23/11/2013 08:30 EST | Actualisé 23/01/2014 05:12 EST

Décès du cinéaste français Georges Lautner, auteur de plus de 40 films

PARIS - Les «Tontons flingueurs» sont en deuil.

Leur réalisateur, Georges Lautner, est décédé, vendredi, à Paris, à l'âge de 87 ans.

Selon Rémy Julienne, qui avait effectué les cascades dans plusieurs de ses films, l'homme serait décédé des suites d'une «longue maladie».

Né à Nice le 24 janvier 1926, Georges Lautner avait découvert dès l'enfance l'univers des salles obscures grâce à sa mère, la comédienne Renée Saint-Cyr, qui apparaîtra plus tard dans plusieurs de ses films, rappelle le quotidien français Le Monde.

Malade, Lautner avait dû annuler, au début du mois, un passage à Nantes où un hommage avait été organisé, poursuit le journal parisien.

Durant sa longue carrière qui s'est étendue sur six décennies, Lautner a réalisé une quarantaine de films.

Outre «Les Tontons flingueurs», un film devenu culte avec le temps grâce aux dialogues délirants de Michel Audiard, à une solide performance d'acteurs chevronnés menés par Lino Ventura et Bernard Blier et au rythme effréné qu'avait su lui donner le cinéaste, Lautner a tourné de nombreux films à succès avec Jean-Paul Belmondo, dont «Le Professionnel», «Flic ou voyou» et «Le Guignolo».

Mais la collaboration entre les deux hommes n'a pas toujours été un gage de succès critique, comme on fait foi le très lourd «Joyeuses Pâques».

Son dernier film «L'inconnu dans la maison», avec Belmondo, remonte à 1992.

Alain Delon, Jean Lefebvre, Mireille Darc et Bernard Blier, entre autres, font partie de la multitude d’acteurs qui ont joué sous la direction de Georges Lautner.

Samedi, les hommages abondaient sur les réseaux sociaux, particulièrement sur Twitter, où bon nombre d'internautes ont publié des répliques bien connus des divers films du réalisateur, y compris les «Tontons flingueurs», dont le célèbre «Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît», lancé par Lino Ventura.

«Je n'ai jamais compris pourquoi ce film avait marché», admettait Lautner dans une entrevue accordée en 2011 au journal Nice-Matin.

De sa voix enrouée, il poursuivait: «Avec la critique qui était contre nous, à l'époque... le film n'est pas sorti dans beaucoup de salles.»

«Le cinéma, c'est quelque chose de merveilleux, ajoute-t-il. Pour moi, ça a été un métier formidable parce que, pour beaucoup de gens, on a passé tellement de bons moments ensemble...»

«Je crois qu'il faut savoir, dans les boulots, utiliser l'amitié; d'abord pour en retirer le maximum, pour que ça marche, et pour se marrer entre nous.»

Dans une entrevue accordée à une chaîne de télévision française, le comédien Claude Rich, un des derniers survivants des Tontons, a loué le travail du cinéaste, affirmant que Lautner «était un metteur en scène du rire de qualité, avec à son actif des films comiques et amusants mais jamais vulgaires».

Selon l'AFP, Lautner, qui s'était retiré dans sa résidence des Alpes-Maritimes, sera enterré au cours des prochains jours dans sa ville natale de Nice.