NOUVELLES
22/11/2013 03:35 EST | Actualisé 21/01/2014 05:12 EST

Vettel parle de Webber

Sebastian Vettel ne laissera pas gagner Mark Webber à Interlagos, mais il a salué son coéquipier.

Le champion du monde s'est exprimé sur le départ de Mark Webber, dont il est le coéquipier depuis 2008.

« Mark est un combattant et il n'acceptera pas qu'on lui offre la victoire sur un plateau », a dit Vettel, qui cherchera dimanche à égaler le record de 13 victoires en une saison. 

« J'avoue sans gêne qu'il y a bien des endroits et des moments où il m'a aidé, a dit Vettel à la presse dans le paddock d'Interlagos. Le contraire est vrai. Notre relation est restée professionnelle, mais ensemble, nous avons été très forts. Nous avons tous les deux travaillé fort pour améliorer le comportement de la voiture.

« Le fait qu'il ne soit plus avec nous l'an prochain va faire mal à l'équipe et à moi aussi, a dit Vettel. Sans grande émotion, ont noté les journalistes. Les gens oublient que nous avons été l'un des duos de pilotes les plus forts que la F1 ait connu. »

Mais leur collaboration a été marquée par des accrochages, dont certains ont fait les manchettes. Notamment l'accrochage lors du Grand Prix de Turquie en 2010. Webber avait diminué le régime de son moteur à la demande de l'équipe, et Vettel qui aurait dû faire pareil avait tenté de le dépasser. Une saison 2010 particulièrement difficile pour l'Australien.

« Ne comptez pas sur moi (pour vous en parler), a dit Webber. Ceux qui me connaissent bien savent ce qui s'est passé. Je suis particulièrement content de la façon dont j'ai traversé cette saison », a admis Webber.

Rappelons que lors du week-end du Grand Prix de Grande-Bretagne de 2010, l'équipe avait dévissé l'aileron avant de la voiture de Webber pour l'installer sur celle de Vettel (dont l'aileron avait cassé) en vue des qualifications. Ce qui avait provoqué la colère de l'Australien, qui avait tout de même remporté la course. « Pas mal pour un pilote numéro deux », avait dit Webber à son patron par communication-radio à son retour aux puits.

Au Grand Prix de Malaisie, cette année, Vettel a ignoré une consigne d'équipe, qui lui intimait de rester derrière Webber. Webber avait encore une fois baissé le rythme, après avoir reçu la consigne : « multi21 » (doublé, numéro 2 devant 1). Vettel aurait dû garder sa position, mais il a choisi d'ignorer la consigne et a doublé son coéquipier dans la ligne droite pour gagner la course.

Cet incident a fait réfléchir Mark Webber, qui a choisi de quitter la F1 où il y a aujourd'hui « plus de négatif que de positif », a-t-il dit jeudi, à Sao Paulo.  

« Je pilote encore très bien, avait dit Webber dans un entretien récent, mais nous savons, toi et moi, pourquoi je n'ai pas eu de meilleurs résultats », avait-il lancé au journaliste.

Webber, âgé de 37 ans, tournera rapidement la page de la F1, car l'équipe Red Bull a accepté de le libérer dès la saison terminée.

Ainsi, au lendemain de sa dernière course en F1, il sera officiellement une pilote Porsche. C'est un retour en endurance pour l'Australien, qui avait couru en endurance avec Mercedes-Benz en 1998 et en 1999. Mais deux sorties de piste spectaculaires aux 24 Heures du Mans, dans le même week-end, l'avaient persuadé de quitter la discipline.  

Webber a déjà fait mouler son siège à l'usine de l'entreprise allemande avant de se rendre au Brésil, et les premiers essais sont prévus en décembre.