NOUVELLES
22/11/2013 10:15 EST | Actualisé 22/01/2014 05:12 EST

Québec investit 12 millions $ dans un projet d'autobus électriques

MONTRÉAL - Montréal deviendra, à compter de 2015, la première ville nord-américaine à s'engager dans un projet-pilote d'autobus entièrement électriques.

Le projet Cité Mobile, du Groupe Volvo, permettra ainsi à la Société de transport de Montréal (STM) d'acheter trois autobus conçus par Nova Bus, une filiale de l'entreprise suédoise, qui se rechargent par conduction.

Ce procédé permet d'avoir seulement deux stations de recharge, situées aux extrémités des trajets sélectionnés.

Ce programme est déjà appliqué en Europe, notamment en Suède, en Allemagne ainsi qu'au Luxembourg.

La première ministre Pauline Marois a confirmé, vendredi, dans la métropole, que son gouvernement accordera une aide financière de 12 millions $ à ce projet-pilote estimé à 23 millions $.

«C'est une somme considérable consacrée à un projet de démonstration, de recherche et d'études pour voir si cette technologie est suffisamment robuste pour notre climat hivernal», a expliqué Mme Marois.

Les véhicules devraient commencer à circuler dans les rues de la métropole à compter de 2016, et ce, pour une période de trois ans.

Toutefois, les trajets empruntés par les autobus dans les rues de Montréal ainsi que l'emplacement des bornes de recharge sont des éléments qui n'ont pas encore été déterminés.

Le président de la STM, Michel Labrecque, a indiqué que les essais en service à la clientèle seront effectués sur des lignes existantes de la Société ayant un temps de parcours moyen et un achalandage assez élevé.

«En hiver, un autobus qui transporte plusieurs personnes, qui circule dans la neige avec le système de chauffage allumé consomme beaucoup d'énergie, a-t-il expliqué après la conférence de presse. Il faut voir si ça marche.»

M. Labrecque a cependant ajouté que cette technologie avait «beaucoup de potentiel» en comparaison avec les autres proposées par diverses entreprises.

Le président et chef de la direction du Groupe Volvo, Olof Persson, qui était présent à la conférence de presse, n'a pas voulu dévoiler le prix unitaire d'un autobus électrique conçu par Nova Bus.

Toutefois, le président de la STM a estimé que le prix d'un autobus entièrement électrique pourrait osciller autour de 1,2 million $. Un véhicule régulier au diesel coûte environ 750 000 $.

«L'économie de carburant et la durée de vie sont à considérer, a précisé M. Labrecque. Au Québec, la durée habituelle d'un bus est de 16 ans. L'électrique, notamment grâce à son moteur, peut avoir un cycle d'au moins une vingtaine d'années.»

La STM dit vouloir remplacer son parc de quelque 1700 autobus au diesel par des véhicules hybrides au cours des prochaines années et vise l'acquisition de véhicules entièrement électriques à compter de 2025.

«C'est un objectif très réalisable, a dit son président. Nous allons avoir le temps de tester la technologie.»

Selon la STM, l'initiative Cité Mobile s'inscrit dans le cadre du projet de la Ville de Montréal de réduire de 30 pour cent ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020 par rapport aux niveaux de 1990.

Mme Marois a dit avoir discuté du potentiel de l'électromobilité avec M. Persson lors du dernier forum économique de Davos.

«Je suis heureuse de constater que nos arguments ont prévalu et que le courant a passé», a blagué la première ministre.