NOUVELLES
22/11/2013 04:39 EST | Actualisé 21/01/2014 05:12 EST

La version américaine de <em>Starbuck</em>&nbsp;prend l'affiche en Amérique du Nord

Le film québécois Starbuck a fait des petits. Après des versions française et indienne, l'adaptation américaine prend l'affiche au Canada et aux États-Unis.

Intitulé Delivery man en anglais (Donneur anonyme, au Québec), le film a tout d'une production hollywoodienne. Le réalisateur Ken Scott a choisi Vince Vaughn pour incarner le personnage incarné par Patrick Huard dans la version québécoise.

Au lieu de Montréal, le réalisateur Ken Scott a choisi New York comme décor pour cette première aventure dans le cinéma américain.

« J'avais envie de tourner à New York et je trouvais que c'était une très belle ville pour raconter cette histoire. C'était aussi une façon de raconter l'histoire de manière efficace. »

Signe que la chimie s'est installée entre le réalisateur et la vedette américaine, ils tournent présentement un deuxième film ensemble, Business trip. Après deux mois de tournage à Berlin, en Allemagne, la production s'est déplacée à Boston.

« On a envie de faire des films qui sont drôles, mais qui présentent également de bonnes histoires. On s'est bien rencontrés sur ce territoire. »

Vince Vaughn ne tarit d'ailleurs pas d'éloges envers le réalisateur québécois. Et vice-versa.

« Ken est incroyable. Je suis un fan. Il a tous les talents. C'est un auteur phénoménal qui a fait un travail formidable avec le scénario. »

Tourner aux États-Unis avec Dreamworks comporte certes plusieurs avantages, mais amène également beaucoup de pression. Surtout lorsque le patron est Steven Spielberg.

« Il est venu sur le plateau une fois, il regardait ce qu'on appelle les rushes, et en fin de parcours, il donnait aussi des notes sur le montage. C'est quelqu'un pour qui j'ai beaucoup de respect. Ça a donc été une très belle aventure. »

Avec les informations de Tanya Lapointe