NOUVELLES
22/11/2013 03:38 EST | Actualisé 22/01/2014 05:12 EST

Des affrontements entre pro et anti-Morsi font 2 morts et 14 blessés en Égypte

LE CAIRE, Égypte - Des affrontements ont éclaté en Égypte, vendredi, alors que des milliers de partisans des Frères musulmans manifestaient pour souligner les 100 jours qui se sont écoulés depuis le début de la violente répression lancée contre eux par le gouvernement dans la foulée de la destitution du président Mohammed Morsi.

Au moins deux personnes, dont un garçon de 10 ans, ont été tuées durant les combats, qui ont aussi fait 14 blessés.

Les rassemblements organisés dans de nombreux quartiers du Caire et d'autres villes égyptiennes visaient à commémorer le démantèlement par les forces de sécurité de deux camps de protestation érigés par les pro-Morsi dans la capitale, une opération qui avait coûté la vie à des centaines d'islamistes.

Au cours de l'une des manifestations de vendredi, les protestataires ont essayé d'entrer sur la place Rabaah al-Adawiya, le site du plus gros camp de protestation, situé dans l'est du Caire. Les policiers, qui avaient fermé l'accès à la place avec des fils barbelés et des véhicules blindés, ont chassé les manifestants à l'aide de grenades de gaz lacrymogène.

Le plus important rassemblement dans la capitale a réuni plusieurs milliers de participants, qui ont tenté de bloquer une grande artère avant de se battre avec des détracteurs de M. Morsi. Là aussi, les autorités ont eu recours au gaz lacrymogène pour disperser la foule.

Depuis le coup d'État militaire du 3 juillet, les islamistes ont manifesté presque quotidiennement pour dénoncer la destitution de Mohammed Morsi, le premier président de l'Égypte à avoir été élu de manière démocratique. Avec la répression amorcée le 14 août, la taille des manifestations a diminué mais certaines ont tout de même attiré un grand nombre de personnes.

L'armée a déposé M. Morsi après que des millions d'Égyptiens eurent manifesté à travers le pays pour réclamer sa démission, accusant le président et les Frères musulmans de vouloir accaparer le pouvoir. Les islamistes ont de leur côté accusé les militaires d'avoir saboté la démocratie naissante de l'Égypte.

Des milliers de membres des Frères musulmans ont été arrêtés depuis le début de la répression.