NOUVELLES
22/11/2013 09:08 EST | Actualisé 22/01/2014 05:12 EST

Cercle de feu : frustration répandue

Plusieurs entreprises minières qui ont des projets d'exploitation dans le Cercle de feu se désolent de la lenteur des progrès dans cette région potentiellement très riche du Grand Nord de l'Ontario.

Mercredi soir, la compagnie américaine Cliffs Natural Resources a suspendu « indéfiniment » son projet de mine de chromite, qui prévoyait aussi une fonderie à Sudbury, de quoi créer des centaines d'emplois. La minière a entre autres fait valoir le manque d'infrastructures pour expliquer sa décision. Les partis d'opposition ont accusé le gouvernement libéral d'avoir laissé un investissement de plusieurs milliards de dollars lui filer entre les doigts.

Pour sa part, le PDG de Noront Resources, Alan Coutts, n'est « pas surpris » de la décision de Cliffs Natural Resources. M. Coutts, qui veut extraire du nickel et du cuivre dans le Cercle de feu, partage la frustration de Cliffs.

Le PDG espère que la suspension du mégaprojet de l'entreprise américaine fera réaliser aux gouvernements provincial et fédéral que les minières ont besoin de décisions, rapidement.

Route et voie ferrée

Tout comme Cliffs, Noront Resources compte sur la construction d'une route pour transporter son minerai.

De son côté, la minière KWG mise sur un chemin de fer. Le vice-président de l'entreprise, Maurice Lavigne, ne croit pas que son projet de voie ferrée qui relierait le Cercle de feu à la municipalité de Greenstone, plus au sud, nuirait à Cliffs.

« Il y a de la place pour un chemin normal, dit-il, ça va être la discussion qu'on va avoir avec le gouvernement de l'Ontario. »

Il reconnaît, toutefois, que KWG et Cliffs n'ont pas discuté ensemble de leur projets respectifs. « On aimerait que ça débloque plus vite », affirme M. Lavigne.

Néanmoins, malgré leur frustration, Noront et KWG vont de l'avant avec leur projet d'exploration minière respectif pour l'instant.