NOUVELLES
22/11/2013 06:57 EST | Actualisé 22/01/2014 05:12 EST

À la mémoire de JFK. 50 ans plus tard

IMAGES EN DIRECT - Tous les drapeaux sont en berne aux États-Unis, où on célèbre aujourd'hui le 50e anniversaire de l'assassinat du président américain John Fitzgerald Kennedy (JFK).

À Dallas, au Texas, là où le président américain a été abattu le 22 novembre 1963, une cérémonie officielle est organisée pour la première fois à la mémoire du président Kennedy. Les cérémonies débuteront à 11 h 30 (12 h 30, heure de Montréal), heure à laquelle le président Kennedy est tombé sous les balles au moment où son convoi circulait dans le centre de Dallas, acclamé par la foule.

Selon l'enquête officielle de la Commission Warren, le président Kennedy a été tué par le tireur Lee Harvey Oswald. Posté dans un dépôt de livres scolaires, Lee Harvey Oswald a tiré les balles qui ont tué le président.

Seules 5000 personnes pourront se rendre sur Dealey Plaza, mais des écrans seront installés à travers la ville pour permettre aux citoyens de suivre la cérémonie.

Présidée par le maire de Dallas, Mike Rawlings, la cérémonie se déroulera au son des cloches des églises de toute la ville. « Sa mort a changé notre ville à jamais, ainsi que le monde », a déclaré le maire de la ville dans un communiqué. « Nous voulons commémorer cette journée tragique en nous souvenant d'un grand président avec la dignité et le sens de l'histoire qu'il mérite. »

Des lectures de discours du président, des prières, de la musique et un survol par des avions de chasse marqueront la cérémonie.

Marqués par l'événement, les habitants de Dallas ont longtemps vécu avec un sentiment de culpabilité et soigneusement évité d'organiser toute cérémonie officielle. Les stigmates de l'assassinat se sont toutefois progressivement effacés et le Musée du sixième étage, dans l'ancien dépôt de manuels scolaires, est désormais l'une des principales attractions touristiques de la ville.

Le mystère Kennedy, 50 ans plus tard

La commémoration permettra aux citoyens de « pleurer la perte d'un extraordinaire serviteur de l'État, visionnaire et sage idéaliste », a déclaré le président Barack Obama, qui a proclamé la journée du 22 novembre « jour du souvenir du président John F. Kennedy ».

« Faisons fructifier son héritage, aujourd'hui et dans les décennies à venir », écrit M. Obama.

Marqués par l'événement, les habitants de Dallas ont longtemps vécu avec un sentiment de culpabilité et soigneusement évité d'organiser toute cérémonie officielle.

Le stigmate s'est progressivement effacé et le Musée du sixième étage, dans l'ancien dépôt de manuels scolaires, est désormais l'une des principales attractions touristiques de la ville.

L'assassinat de John F. Kennedy est survenu en pleine guerre froide, sur la scène internationale, et dans un climat de tensions raciales, sur le plan de la politique intérieure américaine. Un petit groupe influent d'ultraconservateurs du Texas avait protesté contre la visite de Kennedy sur leurs terres en raison de sa « mollesse » face au communisme.

Des milliers de livres, d'articles, de documentaires et de films ont été consacrés à l'assassinat du président Kennedy, ce 22 novembre 1963. Des sondages montrent qu'une majorité d'Américains continuent de croire que JFK a été victime d'un complot et rejettent la thèse officielle du tireur isolé.

« Il est très difficile d'accepter que deux êtres insignifiants, Lee Harvey Oswald et Jack Ruby, aient pu changer le cours de l'histoire du monde », soutient le journaliste Hugh Ayensworth, qui se trouvait sur Dealey Plaza, il y a 50 ans. Ce dernier a été le témoin de l'assassinat de John F. Kennedy, mais également de celui de Lee Harvey Oswald, abattu quelques jours plus tard par un propriétaire de bar, Jack Ruby.

M. Ayensworth a consacré le reste de sa vie à enquêter sur cette affaire.