NOUVELLES
21/11/2013 03:07 EST | Actualisé 21/01/2014 05:12 EST

Stephen Harper n'appuie pas les ambitions nationales du maire Rob Ford

LAC-MÉGANTIC, Qc - Le premier ministre Stephen Harper s'est exprimé publiquement sur le maire de Toronto pour la première fois, jeudi, mais sur un ton ironique.

Interrogé par les journalistes à Lac Mégantic, M. Harper a lancé à la blague qu'il n'appuyait pas les ambitions du maire Rob Ford, qui a récemment déclaré qu'il voulait devenir premier ministre du Canada.

Mais en ce qui concerne l'avenir du maire de Toronto, M. Harper estime que c'est aux électeurs de la ville d'en décider.

La position du gouvernement conservateur est claire, a rappelé le premier ministre: il existe des lois strictes sur les drogues, et personne ne devrait acheter ou consommer des drogues illégales, en particulier les politiciens en exercice.

L'aveu du maire Ford selon lequel il a fumé du crack lors de l'un de ses épisodes de «stupeur éthylique» a fait de lui un sujet de dérision à travers le monde. Le conseil municipal de Toronto l'a récemment dépouillé de presque tous ses pouvoirs et privilèges de maire.

Le gouvernement conservateur s'est peu exprimé sur la controverse jusqu'à maintenant, en partie parce que les conservateurs se sont précédemment alliés au populaire maire au franc-parler.

«J'ai entendu les déclarations de M. Ford voulant qu'il aimerait devenir premier ministre du Canada. Bien entendu, ce n'est pas une chose à laquelle je suis favorable», a déclaré Stephen Harper jeudi. «En ce qui concerne son avenir à Toronto, c'est aux citoyens de Toronto d'en décider.»

Questionné sur le fait que Rob Ford a admis avoir fumé du crack et acheté des drogues illégales alors qu'il exerçait la fonction de maire, le premier ministre a répondu: «Nous ne pourrons jamais soutenir l'usage ou l'achat de drogues illégales par toute personne qui occupe une position politique comme celle-là».