NOUVELLES
21/11/2013 11:23 EST | Actualisé 21/01/2014 05:12 EST

Séquestrées pendant 30 ans à Londres, les suspects libérés sous caution

Un couple qui est soupçonné d'avoir retenu trois femmes comme esclaves pendant plus de 30 ans, à Londres, a été libéré sous caution.

L'homme et la femme de 67 ans, qui ne seraient pas de nationalité britannique, avaient été arrêtés jeudi. Ils sont soupçonnés de travail forcé et d'esclavagisme.

Les noms des trois femmes, libérées le mois dernier, n'ont pas été divulgués. Il s'agit toutefois d'une Malaisienne de 69 ans, d'une Irlandaise de 57 ans et d'une Britannique de 30 ans.

On ne sait pas encore si la femme de 30 ans est née dans la résidence londonienne. Cependant, elle semble avoir passé toute sa vie en état de servitude, ont indiqué les policiers.

Le détective Kevin Hyland a déclaré que les femmes étaient « très traumatisées » et n'avaient eu « aucune exposition réelle au monde extérieur » au cours des 30 dernières années.

Appel à l'aide

Une des victimes a elle-même contacté Freedom Charity après avoir vu un reportage sur les activités de l'organisme. C'est Freedom Charity, qui lutte contre l'esclavage et les mariages forcés, qui a ensuite alerté la police.

« Les dames étaient totalement terrifiées par ces gens », selon Aneeta Prem, fondatrice de Freedom Charity.

Selon la police britannique, les trois femmes auraient été libérées « le 25 octobre ». « Il y a eu un délai jusqu'aux arrestations parce qu'on a dû prendre le temps pour travailler avec des personnes très traumatisées et parce qu'il était très difficile d'établir les faits », a commenté le détective Kevin Hyland.

Aucune preuve ne permet toutefois de croire à des crimes de nature sexuelle, ont indiqué les policiers.

L'enquête est d'ailleurs toujours en cours parce que la police connaît encore très peu de détails sur les conditions dans lesquelles vivaient les trois femmes.

« Il semblerait qu'elles vivaient sous une forme de liberté contrôlée, mais nous sommes encore en train d'évaluer le degré de cette liberté. Leur existence a été fortement entravée et elles ont passé l'essentiel de leur temps dans la maison », a expliqué le détective.

Les trois femmes seraient maintenant en sécurité, ailleurs au pays, dans un endroit tenu secret.