NOUVELLES
21/11/2013 08:33 EST | Actualisé 21/01/2014 05:12 EST

Soirée intimiste en compagnie des frères Bouchard

Plus de 300 personnes ont passé la soirée en compagnie des frères Gérard et Lucien Bouchard, mercredi, au Palais Montcalm. Réunis sur scène pour la première fois, ils ont notamment discuté de leur vie et de l'évolution de la société québécoise.

L'événement-bénéfice au profit de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval à permis d'amasser plus de 78 000 $.

Avec humour, Gérard Bouchard a confié au public être un peu « stressé » de se livrer sur scène: « Cette semaine, les frères Ford ont mis la barre haute », a -t-il blagué.

D'entrée de jeu, les frères Bouchard ont longuement raconté leur enfance à Jonquière. La souffrance de leurs parents élevés en pleine crise économique et qui trimaient dur pour élever leur famille avec des moyens très modestes.

« On voyait bien que c'était des talents gaspillés nos parents », a affirmé Lucien Bouchard. « Comme tellement de parents au Québec qui n'ont pas eu accès à l'éducation supérieure. Ils n'ont pas pu épanouir leurs qualités intellectuelles. Notre père c'était un artiste. »

Tantôt sérieux, le ton était aussi léger par moments. L'entretien était agrémenté de pièces musicales interprétées par Les Violons du Roy.

Après avoir évoqué les années Duplessis, la Révolution tranquille et leurs années d'études à l'Université Laval, les frères Bouchard ont aussi discuté de politique.

Charte et printemps érable

Gérard Bouchard a réitéré son opposition au projet de la Charte des valeurs du gouvernement Marois. Il soutient que la Charte s'inscrit dans une démarche contre le multiculturalisme en ajoutant que « ça va prendre des décennies à réparer. » Gérard Bouchard croit que ce projet aura « un coût collectif considérable. »

Lucien Bouchard a préféré esquiver la question de la Charte. Il a toutefois émis un commentaire sur le printemps érable en affirmant qu'il ne pouvait approuver ceux qui affirment que les jeunes se sont « politisés » plus que jamais lors de la crise étudiante.

Au contraire, Lucien Bouchard croit que « les jeunes ont jusqu'à un certain point compromis l'institution de l'État. » Un geste très grave selon l'ex-premier ministre, qui n'a pas précisé davantage sa pensée.

Les fonds amassés lors de cette soirée-bénéfice seront remis sous forme de bourses aux étudiants de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval.

D'après les informations recueillies par Sarah Dion-Marquis.