NOUVELLES
20/11/2013 03:31 EST | Actualisé 19/01/2014 05:12 EST

Procès pour agression : un témoignage décousu

Une mère de famille qui défend l'homme qui aurait agressé ses deux filles a continué de livrer un témoignage décousu, mercredi matin au palais de justice de Québec.

La femme dans la cinquantaine a affirmé à la Cour que c'est sa fille qui avait provoqué son conjoint de l'époque.

C'est du moins ce que ce dernier lui aurait dit pour expliquer pourquoi il avait eu une relation sexuelle complète avec l'adolescente.

La mère a par la suite nié ces faits en disant qu'elle avait inventé cette histoire pour calmer sa fille afin qu'elle ne porte pas plainte.

L'accusé a aussi témoigné pour sa défense.

L'homme a accusé la jeune fille de lui avoir empoigné les organes génitaux par surprise et de l'avoir harcelé sexuellement pendant des années.

Il a aussi longuement mimé un massage prodigué à l'autre plaignante, la soeur de la première, qui dit avoir été touchée aux fesses.

Les témoignages ont provoqué des réactions dans la salle d'audience. Le juge n'a pu s'empêcher non plus de réagir à un certain moment devant les propos du témoin.

La preuve est terminée.

Les avocats ont livré leurs plaidoiries en après-midi. L'avocat de la défense a argué que son client devait bénéficier du doute raisonnable.

La Couronne a de son côté annoncé qu'elle n'avait jamais vu une défense aussi décousue et abracadabrante.

Les deux soeurs ont raconté avoir été agressées à des centaines de reprises pendant une dizaine d'années par leur beau-père.

Le juge prononcera le verdict au mois de janvier.

Un texte de Yannick Bergeron