NOUVELLES
20/11/2013 11:25 EST | Actualisé 20/01/2014 05:12 EST

Plusieurs attaques font au moins 29 morts et 104 blessés en Irak

BAGDAD - Une vague de bombardements, surtout des voitures piégées, a frappé des régions majoritairement chiites et des secteurs commerciaux très fréquentés à Bagdad et dans les environs, mercredi matin, faisant au moins 35 morts, ont rapporté les autorités irakiennes.

Ce genre d'attentats secoue l'Irak depuis quelques mois, alors que des insurgés cherchent à miner les efforts du gouvernement chiite pour stabiliser le pays.

Cinq des attaques de mercredi ont été perpétrés par des voitures piégées stationnées, et au moins deux autres bombes ont été activées à distance, ont affirmé les policiers.

L'attaque la plus meurtrière a eu lieu lorsqu'une bombe a explosé dans un café du quartier de Bayaa, à Bagdad, qui a tué six personnes et blessé 16 autres, selon un policier et un membre du personnel médical.

Dans un marché extérieur du quartier central de Sadria, une voiture piégée a fait cinq morts et 15 blessés.

D'autres attaques ont eu lieu dans les quartiers Hurriyah, Shaab, Tobchi, Karrada, Azamiyah et Amil, ainsi que dans la banlieue ouest d'Abu Ghraib. Dans le quartier Baladiyat, dans l'est de Bagdad, un employé du ministère de l'Électricité a été tué par une bombe installée sur sa voiture.

À Karrada, l'explosion a provoqué un dense panache de fumée noire sur la ville. Des agents de sécurité ont érigé un périmètre de sécurité dans le quartier, où au moins quatre voitures ont été endommagées par l'explosion. Les pompiers peinaient à éteindre l'incendie. Quatre civils ont été tués, 14 blessés.

Dans la ville de Najaf, à environ 160 kilomètres au sud de Bagdad, deux passagers sont morts et neuf ont été blessés après l'explosion d'une bombe attachée à un minibus.

Personne n'a immédiatement revendiqué la responsabilité des attaques, mais les attentats-suicides et des attentats à la bombe — visant particulièrement les forces de la sécurité ou les marchés très fréquentés — font partie des gestes fréquemment posés par la filiale locale d'al-Qaïda et les insurgés sunnites.

Les attaques de mercredi portent à 244 le bilan des morts fait par l'Associated Press.