NOUVELLES
20/11/2013 06:53 EST | Actualisé 20/01/2014 05:12 EST

Les Britanniques espionnés par la NSA en vertu d'un accord avec Londres

Les citoyens britanniques ont été espionnés par l'agence américaine de renseignement (NSA) en vertu d'un accord secret conclu avec Londres et en dépit d'une convention entre les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande, qui interdit l'espionnage des citoyens d'un pays signataire par un autre.

Ces informations ont été communiquées par Edward Snowden, l'ancien consultant de la NSA réfugié en Russie, au quotidien britannique The Guardian et à la télévision Channel 4.

L'affaire remonte à 2007, lorsque les autorités britanniques ont donné leur feu vert pour que les informations sur les contacts téléphoniques, les liaisons Internet et les courriels des Britanniques puissent être archivées et analysées par la NSA.

Les mêmes informations, contenues dans la note publiée par The Guardian, indiquent que Washington, les services britanniques d'espionnage électronique et la NSA ont décidé « de travailler ensemble pour mettre en œuvre une nouvelle politique étendant l'utilisation des informations britanniques interceptées incidemment ».

Les données récoltées comme les identifiants des contacts, les adresses IP, la messagerie électronique, en passant par les numéros de fax et de téléphone, peuvent par la suite être exploitées.

Ces informations viennent une nouvelle fois mettre dans l'embarras Londres et Washington, signataires de la convention des « cinq yeux » qui spécifie clairement que les citoyens américains, britanniques, australiens, canadiens et néo-zélandais ne peuvent faire l'objet d'éventuelles mesures de surveillance des services de renseignement des autres nations contractantes.

Londres et Washington n'avaient toujours pas réagi mercredi soir aux révélations du Guardian et de Channel 4.