NOUVELLES
20/11/2013 07:56 EST | Actualisé 20/01/2014 05:12 EST

Colts-Cards, ce dimanche: un match très spécial pour l'entraîneur Bruce Arians

TEMPE, États-Unis - Bruce Arians n'essaie pas de prétendre que l'affrontement entre les Colts et les Cards sera un match comme les autres, dimanche. Pas après ce qu'il a vécu avec les Colts l'an dernier.

En octobre 2012, Arians a pris les rênes des Colts quand Chuck Pagano a dû se retirer pour combattre la leucémie, menant le club à un dossier de 9-3, avant le retour de Pagano aux commandes. Cela a ouvert la porte à ce qu'Arians soit embauché comme entraîneur-chef en Arizona, le théâtre du match de dimanche prochain.

«J'espérais que ce match-là ne vienne jamais, a dit Arians. J'ai un lien émotionnel tellement fort avec les Colts. Je suis juste content que le match soit ici et non là-bas. Ça serait vraiment dur de retourner dans leur stade.»

Si Pagano n'avait pas dû s'absenter, Arians n'aurait peut-être jamais eu la chance de diriger une équipe de la NFL. C'est une possibilité à laquelle l'homme de 61 ans a pensé plus d'une fois.

«C'est dommage que ç'a ait pris ça pour que j'obtienne ma chance, a dit Arians. Je suis juste content qu'il soit en santé et qu'il continue d'avoir le dessus à ce niveau-là. C'était vraiment ça l'important l'an dernier. Ça m'a donné une occasion et je suis reconnaissant de l'avoir eue, cette occasion, mais j'aurais voulu que les circonstances soient différentes.»

Arians a passé deux décennies comme adjoint à l'attaque avec Kansas City, La Nouvelle-Orléans, Indianapolis, Cleveland, Pittsburgh et encore les Colts, avant d'être nommé l'entraîneur-chef des Cards, en janvier dernier.

«Il a saisi sa chance, a dit Pagano. Je pense que tous ceux qui exercent le métier d'entraîneur savaient qu'il était dû depuis longtemps.»

Après avoir aidé les Steelers à remporter deux fois le Super Bowl (2006 et 2009), Arians s'est vu montrer la sortie en 2012, même si on considérait officiellement qu'il s'en allait à la retraite.

Son vieil ami Pagano lui a alors demandé d'être son coordonnateur offensif et Arians, qui avait guidé Peyton Manning et Ben Roethlisberger à leurs débuts, aimait l'idée de travailler avec Andrew Luck.

Arians ne savait pas que sa vie personnelle et professionnelle changerait suite au diagnostic reçu par Pagano. Ses Cards ont une fiche de 6-4 et sont bien installés dans la course aux éliminatoires de la Nationale, tandis que les Colts dominent la section Sud de l'Américaine avec une fiche de 7-3.

«Ç'a va être émotif avant le match, a dit Arians. Voir les gars qui étaient là l'an dernier, les jeunes joueurs, notamment. C'était un groupe tricoté serré. C'était très spécial.»