NOUVELLES
18/11/2013 08:27 EST | Actualisé 18/01/2014 05:12 EST

« On va se ramasser avec combien de silos? » s'inquiète Labeaume


Le maire de Québec est encore plus inquiet après avoir vu le premier silo du futur terminal de granules de bois érigé le long du boulevard Champlain.

Régis Labeaume est allé examiner le terrain de près lundi et l'espace encore disponible lui fait craindre de voir pousser plus que les deux silos annoncés jusqu'ici.

« Il y a encore de la place pour d'autres silos à 45 mètres. Ai-je le droit d'être inquiet comme maire de Québec ? Oui, j'ai le droit. On s'en va où avec ça ? Ça va finir comment et quand ? », s'interrogeait le maire lundi avant la séance du conseil municipal.

Le maire a vu l'immense dôme blanc, qui a poussé dans la nuit de vendredi à samedi, seulement que dimanche soir à son retour d'Europe. Il est retourné à deux reprises sur le terrain lundi.

Régis Labeaume a plusieurs questions pour le président-directeur général du Port de Québec, Mario Girard, qu'il rencontrera mardi ou mercredi.

« Pourquoi ce n'est pas plus petit ? Combien de silos de 45 mètres aura-t-on dans le futur ? Le projet d'intégration sur lequel Marc Lestage est en train de travailler va ressembler à quoi ? Qui va payer pour ça ? », a-t-il énuméré.

Une autre question que se pose le maire : pourquoi ne pas avoir opté pour de plus petites structures. « Pourquoi on n'en a pas fait trois de 30 mètres ou quatre de 20-25 mètres ? »

Un peu plus tard, lors du conseil municipal, le maire a indiqué qu'il était prêt à « oser », à être « audacieux », à « faire de ces deux silos-là des œuvres d'art », si le port se faisait rassurant.

Des tétons, dit Bussières

Le dossier des silos a par ailleurs occupé une bonne partie du premier conseil municipal de Québec depuis l'élection du 3 novembre. 

Le nouveau chef de l'opposition, Paul Shoiry, a consacré ses premières questions au sujet. Il a déposé un avis de proposition pour demander l'arrêt des travaux à l'anse au Foulon. Le vote aura lieu dans deux semaines, lors du prochain conseil municipal.

Lors d'une intervention, son collègue de Démocratie Québec Yvon Bussières a qualifié les silos de « tétons ». Le maire a rapidement levé la main pour souligner que le mot était inapproprié. La nouvelle présidente Geneviève Hamelin l'a proscrit du conseil.

Juste avant le début du conseil, Paul Shoiry a dit qu'il ne blâmait pas le maire dans le dossier. « C'est plutôt le port de Québec qui a agi avec un grand manque de transparence », déplore-t-il.

Le conseiller de Démocratie Québec demande également au port de « se soumettre au processus d'autorisation de la Ville et de consulter la population ».