NOUVELLES
18/11/2013 12:13 EST | Actualisé 18/01/2014 05:12 EST

Google et Microsoft s'attaquent à la pornographie juvénile

LONDRES - Google et Microsoft ont développé un logiciel pour empêcher les internautes de trouver trop facilement du matériel pornographique juvénile en ligne, ont indiqué par voie de communiqué les deux géants lundi.

Le président exécutif de Google, Eric Schmidt, a indiqué que sa compagnie a raffiné l'outil Google Search pour nettoyer les résultats générés par plus de 100 000 termes de recherche.

Quand un internaute effectuera une recherche possiblement liée à la pornographie juvénile, il n'obtiendra aucun résultat le dirigeant vers du contenu illégal.

«Nous dévoilerons bientôt ces changements dans 150 langues, et l'impact sera donc vraiment mondial», a écrit M. Schmidt dans le quotidien Daily Mail, avant l'ouverture d'un sommet britannique sur la sécurité en ligne.

Les restrictions seront tout d'abord lancées au Royaume-Uni et dans d'autres pays anglophones. Des modifications similaires seront apportées au moteur de recherche Bing, de Microsoft.

Les deux mastodontes partagent une technologie de détection pour identifier les images d'agressions d'enfants qui apparaissent dans leur système, pendant que Google met à l'essai une technologie de détection et d'élimination des vidéos illégales.

D'autres mesures incluent des avertissements affichés au sommet de quelque 13 000 pages de résultats de Google, pour prévenir clairement que la pornographie juvénile est illégale.

M. Schmidt a reconnu qu'aucun algorithme n'est parfait et que Google ne peut empêcher les pédophiles de mettre de nouvelles images en ligne.

Certains militants, tout en applaudissant les nouvelles mesures, se sont questionnés sur leur efficacité, puisque les pédophiles tendent à échanger leurs images loin des moteurs de recherche.

«Ils ne vont pas chercher ces images sur Google, a dit Jim Gamble, l'ancien patron d'un organisme britannique qui lutte contre l'exploitation des enfants en ligne. Ils se cachent dans les recoins sombres du Net, dans des sites d'échanges entre usagers.»