NOUVELLES
17/11/2013 11:48 EST | Actualisé 17/01/2014 05:12 EST

Russie: les 50 personnes périssent dans l'écrasement d'un Boeing 737

MOSCOU - Un Boeing 737 s'est écrasé dans la ville de Kazan, à l'est de Moscou, tuant les 50 personnes qui se trouvaient à bord, ont rapporté des médias russes, dimanche.

L'avion du transporteur aérien Tatarstan Airlines s'est écrasé lors de son atterrissage, aux environs de 19 h 20 dimanche, heure locale. On ignore encore la cause de l'incident.

L'avion avait quitté Moscou pour se rendre à Karzan, une ville d'environ 1,1 million d'habitants à environ 720 kilomètres à l'est de la capitale russe. Il y tombait une pluie légère et les vents soufflaient à environ 30 kilomètres/heure.

Des témoignages ont rapporté que l'avion semblait perdre de l'altitude alors que, en chute libre et en feu, il tentait pour la deuxième fois d'atterrir.

Citant une porte-parole du ministre des Urgences, Irina Rossius, l'agence ITAR-Tass a rapporté que 44 passagers et 6 membres d'équipage se trouvaient à bord de l'appareil au moment de l'écrasement.

Une journaliste qui a volé à bord du même avion plus tôt dans la journée a affirmé que l'atterrissage à Moscou avait été épeurant en raison de fortes vibrations qui se sont mises à secouer l'appareil durant les dernières minutes du vol.

«Quand on atterrissait, on ne savait pas s'il y avait du vent, bien que les conditions météorologiques à Moscou étaient bonnes, ou s'il y avait un quelconque problème technique avec le vol, a raconté Lenara Kashafutdinova. On était poussés dans différentes directions, l'avion se faisait secouer. L'homme assis à côté de moi était blanc comme un drap.»

La Russie a connu plusieurs écrasements mortels dans les dernières années. Certains étaient attribuables à la désuétude des appareils, mais les experts du secteur isolent un certain nombre de facteurs, tels que la formation insuffisante de l'équipage, les aéroports en ruine, le laxisme du contrôle gouvernemental et une négligence généralisée de la sécurité au profit des revenus.