NOUVELLES
17/11/2013 02:02 EST | Actualisé 17/01/2014 05:12 EST

Ottawa: la minorité tamoule est toujours craintive face à son gouvernement

OTTAWA - Au dernier jour du controversé sommet du Commonwealth au Sri Lanka, le gouvernement Harper a déclaré dimanche que la minorité tamoule du pays était toujours aussi craintive à l'égard de ses dirigeants.

C'est du moins la conclusion tirée par un secrétaire parlementaire du ministre canadien des Affaires étrangères, Deepak Obhrai, qui a séjourné dans la région tamoule du Sri Lanka plus tôt cette semaine.

M. Obhrai y a été envoyé après que le premier ministre Stephen Harper a décidé de boycotter le sommet en raison de la piètre performance du Sri Lanka en matière de défense des droits de la personne.

Colombo refuse toujours d'ouvrir une enquête indépendante sur les crimes commis en mai 2009, date qui marquait la fin de 27 ans de guerre civile.

M. Obhrai a expliqué avoir été dépêché au Sri Lanka pour dresser un bilan des actions posées dans le dossier des droits de la personne, et a déposé une couronne de fleurs pour tous les civils innocents tués dans la région nord du pays, à majorité tamoule.

Le gouvernement conservateur continue à s'interroger sur le respect des valeurs centrales du Commonwealth par les 54 États membres de cette association regroupant d'anciennes colonies de l'empire britannique.

Les chefs des gouvernements indien et mauritanien ont eux aussi boycotté le sommet, déplorant à leur tour le mauvais bilan du pays hôte en matière de droits humains.