NOUVELLES
17/11/2013 06:14 EST | Actualisé 17/01/2014 05:12 EST

Georges St-Pierre a vécu une soirée forte en émotions au UFC 167

LAS VEGAS, États-Unis - Georges St-Pierre avait l'air de tout sauf d'un champion, samedi, lors de la conférence de presse suivant le UFC 167.

Son front enflé était couvert de marques de coups et il avait subi des coupures sous les deux yeux. Son air abattu lui donnait l'air d'avoir été impliqué dans un accident de la route.

Le plus inquiétant, pourtant, était la douleur intérieure que l'on ne pouvait pas voir.

Quelques instants après avoir signé une victoire controversée par décision partagée face à l'aspirant no 1, Johny Hendricks, le champion mi-moyen du UFC a annoncé qu'il allait prendre une pause en raison de problèmes personnels avant d'être transporté à l'hôpital.

Lorsqu'il est revenu au MGM Grand Garden Arena au milieu de la conférence de presse, le Québécois a ajouté de l'huile sur le feu.

«Je ne peux plus dormir la nuit. Je deviens fou, a-t-il dit. J'ai des problèmes. Je dois me reposer. Je dois me retirer pour un temps. Je ne sais pas ce que je vais faire.»

Il n'a pas voulu élaborer quant à ses problèmes. Le président du UFC, Dana White, a déclaré que les ennuis de St-Pierre ne sont «pas si pires qu'il ne l'imagine» après l'avoir rencontré en privé.

St-Pierre a essentiellement vécu des crises à l'intérieur et à l'extérieur de l'octogone, samedi.

«J'ai tout donné. J'ai laissé mon âme dans l'octogone», a-t-il commenté.

Pour White, le résultat du combat final qui a couronné les célébrations du 20e anniversaire de l'UFC, est un cauchemar.

White ne comprenait pas pourquoi deux des trois juges avaient remis des cartes de 48-47 en faveur du champion, lui donnant l'avantage dans trois des cinq rounds du combat. Il venait également d'apprendre que son meilleur vendeur prenait une pause du sport.

Alors que St-Pierre (25-2) recevait des soins à l'hôpital, White s'en est pris aux juges lors de la conférence de presse.

«Les dommages comptent. C'est un combat. C'est celui qui fait le plus mal à son adversaire, a-t-il dit. St-Pierre s'est fait blessé et s'est fait propulsé au plancher.

«Je suis sous le choc. Ce n'est pas juste. Je suis un promoteur, il est le combattant le plus payant pour moi et je crois quand même qu'il a perdu. Je veux ce qui est juste et ce n'est pas juste.»

Les juges Sal D'Amato et Tony Weeks ont favorisé St-Pierre lors des rounds 1, 3 et 5. Glenn Trowbridge a plutôt donné le premier, le deuxième et le quatrième à Hendricks.

White aurait donné tous les rounds, sauf le troisième, à Hendricks (15-2).