NOUVELLES
16/11/2013 10:56 EST | Actualisé 16/01/2014 05:12 EST

Bill de Blasio et Chirlane McCray, 1er couple de New York, briseront un tabou

Une autre étape sera bientôt franchie dans la grande histoire raciale des États-Unis : le prochain maire de la ville de New York est blanc et son épouse est de race noire.

Même dans un pays dirigé par un président issu d'un couple mixte, et où les mariages interraciaux sont mieux acceptés et plus fréquents que jamais, l'union entre Bill de Blasio et Chirlane McCray est remarquable. Il est apparemment le premier politicien de race blanche aux États-Unis à être élu à une fonction très en vue, avec une femme de race noire à ses côtés.

Ce simple fait touche une corde sensible chez bon nombre de gens à moins de deux mois de l'entrée en fonction de M. de Blasio, le 1er janvier, et alors que Mme McCray est destinée à jouer un rôle vital au sein de son administration.

«Ça reflète les valeurs américaines axées sur le respect des différentes races, ethnies, religions. Je crois qu'il s'agit d'un merveilleux symbole», observe William Cohen, un ancien sénateur du Maine et secrétaire de la Défense, qui est marié à une femme de race noire.

M. Cohen occupait déjà le poste de sénateur lorsqu'il a commencé à fréquenter Janet Langhart, une journaliste de race noire travaillant pour une station de télévision. Il l'a demandée en mariage plusieurs fois, mais elle craignait que ses origines nuisent à la carrière politique de M. Cohen. Ils ont convolé en justes noces en 1996, quelques semaines après que M. Cohen eut annoncé qu'il ne solliciterait pas un quatrième mandat.

«Il y a eu cette crainte (de mariages interraciaux) chez des politiciens. Je ne l'avais pas», a confié M. Cohen.

L'ancien sénateur a fait remarquer que quelques politiciens de race blanche ont épousé des femmes d'origine latine ou asiatique. C'est le cas de Jeb Bush, l'ex-gouverneur de la Floride, qui s'est marié à une Mexicaine, ou de Mitch McConnell, le sénateur de l'État du Kentucky, qui a uni sa destinée à la Taïwanaise Elaine Chao, une ancienne secrétaire du Travail.

Il y a aussi eu des hommes de race noire, en politique, qui ont été mariés à des femmes de race blanche, notamment le juge de la Cour suprême Clarence Thomas, ou l'ancien sénateur du Massachusetts Edward Brooke. Et des politiciennes de prestige comme la gouverneure Nikki Haley, dont les parents viennent de l'Inde, et Mia Love, la mairesse noire de Saratoga Springs, en Utah, ont épousé des hommes de race blanche.

Pourtant, les unions entre hommes de race blanche et femmes de race noire ont gardé un côté «interdit», croit M. Cohen.

«C'est noir et blanc, c'est l'esclavage et le système Jim Crow, et le fait que vous ne pouvez pas en parler», précise-t-il. «Le noir et le blanc est un tabou important chez suffisamment de gens pour créer un effet dissuasif.»

Mais ce tabou perd de son ampleur, selon des sondages.

En juillet, un sondage Gallup a permis de constater que 87 pour cent des Américains approuvent les mariages interraciaux — le taux le plus élevé jamais enregistré — comparativement à 4 pour cent en 1958. En 2010, plus de 15 pour cent des nouvelles unions étaient interraciales, selon le Pew Research Center.

Toutefois, les statistiques expliquent aussi pourquoi le couple de Blasio-McCray se veut un phénomène si rare.

Le même sondage Gallup démontrait que 14 pour cent des gens de race blanche n'étaient pas d'accord avec les unions interraciales, comparativement à 2 pour cent du côté des Américains de race noire. Et les probabilités qu'un homme blanc se marie avec une femme d'une race différente sont fort minces, alors que plus de 97 pour cent d'entre eux sont mariés à des femmes de race blanche.